La course à pied Les blogs courseapied.net : tortues

Le blog de tortues

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-11-27 11:38:21 : Le fils de La Rochelle

Bon, ça commence avec un jeu de mots pas très bon sur « les filles de La Rochelle » chanson populaire bien connue et le fait que je sois originaire de cette belle ville de l’ouest de la France.

Ce premier marathon, j’y pensais depuis la fin de l’année dernière et j’avais envie, symboliquement, d’aller le courir dans la ville où j’ai grandi, de passer devant mon ancien bahut et les différents endroits que j’ai hanté dans ma jeunesse.

Au sortir des congés estivaux, mon inscription dûment faite, j’ai commencé une préparation en 12 semaines, à partir de plusieurs plans, dont celui de notre cyber coach, Riri.
Beaucoup de kilomètres parcourus, alternance de VMA, de tours de piste en allure marathon, de longs footings dans les bois de verrières.
Des heures de musique inlassablement jouées dans le MP3 : merci à Radiohead, Interpol, Editors et Ben Harper pour leur aimable contribution à cette préparation
Des doutes médicaux, entre un syndrome rotulien qui ne passe pas et une aponevrosite diagnostiquée un peu hâtivement (de toute façon, je n’allais pas me faire emmerder par un truc dont je n’arrive pas à prononcer le nom) et des satisfactions médicales grâce aux compétence jointes d’un kiné et d’un ostéo

Jour J-1, j’arrive à La Rochelle en fin de matinée sous un soleil généreux. Le retrait des dossards se fait dans une bonne ambiance décontractée et déjà le sérieux de l’organisation se fait sentir. Deux bonnes platrées de pâtes plus tard, j’attaque une bonne nuit de sommeil, sans réel stress, je pense que l’énormité de la chose m’enlève toute pression.

Lever 5H45, petit déjeuner, séance habillage … bonnet ou casquette ? les gants ou pas les gants ? du court ou du long ? allez on part, on verra sur le parking . Je sors et là, damned, une petite bruine dégouline en glougloutant, la dépression attendue est bien là, on aura pas beau temps.

Voiture garée, je marche vers le point de rendez-vous des forumeurs. Je retrouve Fred et Martine, puis Ouille, Yannnn et Kemalic. On discute, on parle prépa, objectifs … et puis arrive le moment où il faut aller se positionner dans les sas, parce qu’il faudrait pas louper le départ.

Il y a du monde, je suis loin de la ligne mais peu importe, l’ambiance est chaleureuse, tout le monde attend le starter, et c’est parti … pour 3 minutes de marche à pied jusqu’à la ligne. Ensuite, c’est pas mieux, ça commence par un gros bouchon sur le port et dans les premiers cents mètres.
C’est là que va se situer ma première vraie erreur de débutant, je suis pas dans le rythme prévu, je suis à tout moment gêné dans mon allure et à d’autres moments, j’ai du champ alors j’accélère plus que de raison. Le passage au 5ème m’affole car je vois un petit panneau qui m’annonce que je suis sur la base de 4h20. Oubliant toute prudence, je pars sur une allure visant à rattraper le retard.
Evidemment, au 10ème, puis au semi, j’avais rattrapé, mais qu’est-ce que je l’ai payé ensuite !

Le second semi est une succession de moments de doutes et de moments de résistance. Le 32ème m’est fatal, je marche dans le faux-plat montant du boulevard de cognehors et après le 34ème, les muscles de la jambe droite commencent à lancer des SOS, je crains les crampes. Finalement je termine en me chantonnant le leitmotiv « plus que 7, plus que 6, … », de toute façon je ne suis pas seul à alterner course et marche, on va tous y arriver !!

Le dernier kilomètre a été fantastique, je me suis senti complètement porté par les spectateurs très très nombreux sur cette portion du parcours, et en terminer dans ce décor de carte postale, c’est phénoménal, rien que pour ça, je ne regrette pas. Je termine ce premier marathon en 3H57’08, je suis plus qu’heureux et je tombe un peu plus loin dans les bras de ma femme en versant quelques larmes, je l’ai fait.

Bravo à l’organisation de cette course, bravo au public qui nous a encouragé, nombreux et motivé, bravo à tous les arrivants quel que soit leur chrono.

Rodie

Les réactions

Par Krusti, le 2007-11-27 11:49:07

Sub 4h00 dés le premier chapeau !

Par Kemalic, le 2007-11-27 11:57:46
Tu as eu raison d'avoir choisi ce marathon pour une première expérience, il est vraiment très bien organisé.
Effectivement vers la fin, il faut se dire que beaucoup de gens souffrent, mais qu'on va aller jusqu'au bout pour ne pas laisser les malheureuses huitres enfermées dans leurs cajots.

Par elmagnifico, le 2007-11-27 11:57:59
Chapeau à toi. J'y étais aussi, partant avec un objectif de 3h35 (because prepa perturbée par le taf) je termine à la ramasse mais heureux en 3H49'. Pas déçu de mon chrono (je ne serai jamais champion du monde de tte façon) je te délicite pour ta course dans ces conditions difficiles ! Surtout que non et definitivement non la Rochelle n'est pas roulant lol. Bonne récup' de Marathonien (yes !!!).

Par yannnnn, le 2007-11-27 11:59:48
Bravo Rodie, super CR, superbe course pour un premier marathon, tu peux etre fer de toi... ravi de t'avoir vu avant l'aventure! A+ l'ami!

Par Cal, le 2007-11-27 12:06:36
Bravo rodie, tortue supersonique!

Par Madie, le 2007-11-27 12:28:01
Pour Rodie : "HIP HIP HOURRA!!!!"

Et un article de plus dans le livre d'or "les tortues marathonnent et le font bien".

Quelle sera la prochaine étape désormais?

Par brubru, le 2007-11-27 12:29:58
B R A V O Rodie
tu l'as fait ! tu es maintenant entré dans la cour des Grands

Par hélène, le 2007-11-27 13:16:20
Génial Rodie!

Par Martine, le 2007-11-27 13:26:43
Ravie de t'avoir rencontré Rodie et bravo pour ce beau premier marathon.
Bises
Martine

Par Ginette, le 2007-11-27 13:52:35
Et pas facile avec ça ... :))
Bravo Rodie.

Tu vas en parler avec un peu d'émotion pendant quelques temps , non ?!
Parce que moi ça continue encore , parfois , mais je suis une fille alors c'est peut-être différent :)))

Par Chmat, le 2007-11-27 13:57:15
Bravo mon gars, tu l'as fait, tu es marathonien !!!!
Rêve en encore quelques instants avant de revenir sur terre !

Par Ginette, le 2007-11-27 14:13:32
HEY !! tu n'oublies rien ?

une petite photo à coller ici ?

Par marie, le 2007-11-27 15:03:49
bravo Rodie !!!
beau CR !
on était moins nombreux sur l'autre départ il y avait moins de bouchons peu être .
bonne récup!!!!

Par Bobi, le 2007-11-27 16:40:52
Super, t'es marathonien maintenant !

Par Madie, le 2007-11-27 18:12:45
C'est vrai ça, oukelé la photo?

Par liline, le 2007-11-27 21:06:15
Bah oui la photo ?! Ouais, maintenant je peux dire "cette année je suis allée faire un entraînement avec un marathonien" :)

Par alainP, le 2007-11-27 22:13:48
Et voilà Rodie, te voilà marathonien aussi. Bravo pour une très belle préparation et une course bien gérée.
Reposes toi maintenant.

A l'occasion, on s'en fait un ensemble ?

Par jepipote, le 2007-11-27 22:53:45
super rodie, tu l'as fais ce marathon, quand je vois la prépa sérieuse que tu as fait, et que malgrés tout ce fut compliqué par moment, je me dis que vraiment devenir marathonien ça se mérite!! félicitations l'ami, et à bientot sur une course.

Par Sedef, le 2007-11-28 13:28:06
Salut Rodie et bienvenue au club des 42 !
Objectif atteint.
Le petit footing de reprise sur notre stade fétiche, c'est pour bientôt ?

Par poca74, le 2007-11-28 15:14:25
Bravo et merci de partager ton commentaire et tes émotions. Je suis d'accord avec toi: le public était merveilleux et cela aide pour ne pas lâcher:-)! Bonne récup'

Par Martine, le 2007-12-04 20:13:36
Ha il est si durement gagné ce blouson blanc de La Rochelle. Je te félicite à nouveau pour ton beau marathon.
Martine

Par riri, le 2007-12-07 18:50:29
content que j'ai pu participer si petitement à ta perf !!

bravo rodie

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)



Les 5 billets précédents

2007-11-18 22:04:23 : Chmat au semi de BB - 1 photo - 24 réactions

En mars dernier, au semi de Paris, j'échouais à passer la barre des 1h40 mais faisait de 1h41'05 mon nouveau record.
A ce moment là, j'avais choisi le semi de Boulogne pour enfoncer cette barre et même viser un peu en dessous en fonction du niveau que j'aurai à ce moment là.

Je m'étais entrainé sur les bases de 13km/h (ce qui correspondait à 86/87%FCM) soit 1h37'23 (4'37/km).
Mais aimant les calculs ronds, je m'étais fixé 1h37 (4'36/km), objectif qui me semblait atteignable.

Poussé par un collègue et par Rodie à prendre des risques (et suivant l'exemple d'Ulysse lors de son dernier semi), je me fixais la stratégie suivante : 7 premiers kms sur les bases de 13km/h et si je me sentais bien, accélération à 13,5km/h jusqu'à la fin ou du moins tant que ça tiendrait.
Si ça tenais jusqu'à la fin ces cadences : 4'36 sur les 7 derniers kms puis 4'27 jusqu'à la fin, je passais de peu sous la barre des 1h35, le droit à disposer d'un dossard "Rouge" au semi de Paris. Le rêve !
Descendre cette barre des 1h35 était justement prévu lors du prochain semi de Paris, le semi de Boulogne devant me permettre de m'en approcher.

Mais place à la course !

Un semi c'est quatre fois 5km + 1,1km.

Etape 1 : du départ au km 5
Quel froid mes ailleux (J'préfère le froid que la chaleur mais là pour le coup 5°C de plus ne m'auraient pas déplus). Pour une fois, pas d'hésitation entre Tshirt manches longues ou manches courtes. J'ai même hésité à mettre un sweat.
Finalement le sac poubelle m'a super bien protégé avant le départ et une fois le départ donné, je n'ai plus du tout eu froid : bon choix vestimentaire.

C'est parti mais avec un petit couac : j'ai réussi à déclenché le chrono mais avec un peu de retard. Faudra t'il rajouter 2s ? 3s ?
Conformément à la stratégie définie, je pars assez tranquillement, sans à-coup ni slalom. Je suis bien aidé en cela par la présence de larges trottoirs sur les premiers kms qui me permettent de courir à mon allure sans être gêné.

Etape 1 => 5kms en 22'47. 13s d'avance sur les 1h37.

Arrivée au ravitaillement : 1 gel et 33cl d'eau. J'ai pour cette course décidé de changer mes habitudes et de boire toute l'eau. Mes fins de course devraient être moins difficiles au niveau des jambes.

Etape 2 : entre les kms 5 et 10
Je poursuis sur cette allure jusqu'au 7ème et comme le coeur et les jambes ne marquent pas de signe de fatigue, je me lance dans l'inconnue.
Alors que d'habitude je gère jusqu'au 15ème et accélère à ce moment si je suis bien, là j'attaque beaucoup plus tôt.
Le problème, c'est que souvent sur la fin le potentiel d'accélération est réduit mais d'un autre côté si on cale en accélérant au 15ème on perds pas grand chose si on cale. Là en accélérant à 14km de l'arrivée, je prend le risque d'exploser. On verra bien jusqu'où ça tiendra...

Etape 2 => 5kms en 22'16. 57s d'avance sur les 1h37.

Re-ravitaillement : gel + 33cl d'eau. Je me force à boire l'eau, instinctivement je n'en aurais bu que la moitié.

Je suis passé en 45'03 aux 10kms, très très proche des 44'58 de mon record sur 10kms de février.
La différence c'est qu'à ce moment de la course, je suis encore assez bien.
45'03, je suis sur les bases d'1h35. C'est à ce moment que je me dis que je ne suis pas si loin des 1h35 surtout que ça ne fait que 3kms que j'ai accéléré et que déjà j'ai quasimment récupéré le retard.

Etape 3 : entre les kms 10 et 15
Un peu perdu de temps pour bien me ravitailler mais je repars sur de bonnes bases, légèrement inférieures à 4'30.

Etape 3 => 5kms en 22'23. Cette fois j'ai 4s d'avance sur les 1h35.
Mais à partir de ce moment les jambes seront de plus en plus dures. Une grosse accélération semble utopique. Mais bon, j'ai un peu d'avance, va falloir tenir !

Un dernier ravitaillement : gel + 33cl d'eau.

Etape 4 : entre les kms 15 et 20
Km 16 : 4'30 c'est plus dur mais ça tient.
Km 17 : 4'30 ça tient toujours
Km 18 : 4'29. Belle régularité qui me donne maintenant 5s d'avance et *que* 3kms à tenir. Mais les jambes sont moins fluides, je ne me sens plus capable de kilomètres en 4'20.
La fin de la course va donc être de la gestion de cette avance. Je n'ai pas besoin d'accélérer pour l'instant et il est toujours possible de grapiller quelques secondes en accélérant sur la fin si nécessaire.
Km 19 : 4'33. Plus que 2s d'avance.
Km 20 : 4'37. 5s de retard. Perdu pas mal de temps sur ce km, sans avoir eu l'impression de rallentir.
Etape 4 => 5kms en 22'40

Etape 5 : le money time
Jusqu'alors je me sentais assez bien même si les jambes résistaient de plus en plus. Là je n'ai pas le choix, il me faut légèrement accélérer pour obtenir le sésame, c'est maintenant ou jamais.
J'accélère un petit peu tranquillement mais sûrement. Et je regarde le chronomètre. 4mn à tenir. 3mn. Je sais que ça va être tangent. Je sais aussi que là je suis pas bien. 2mn. 1mn. 1 collègue me donne ses derniers encouragements. Je lui fait un signe qui veut à la fois dire, ça va être limite et aussi je suis pas bien.
Dernière ligne droite, ça peux le faire, je ne lâche rien, accélère une dernière fois et passe la ligne.
A mon chrono : 4s avant l'objectif. Le hic, c'est combien de temps s'est t'il passé avant que je déclenche le chrono au départ ?
Je ne le saurai qu'en rentrant, 3h après mon arrivée.
Arrivé à 21,110m je vomis. C'était pas qu'une impression, j'étais vraiment pas bien. Deux personnes de la croix rouge super sympa s'occupent de moi et me donne un pancho pour éviter que je prenne froid.
Pour le coup, j'ai vraiment tout donné.

Temps réel : 1h34'57.

Je suis méga-heureux :
-> car je vais avoir le droit à un dossard rouge au semi de Paris (- de 1h35)
-> car j'ai progressé de 6mn depuis le semi de Paris de mars
-> car j'ai fait du chemin entre les 2h05 du semi de Paris 2005 et ce semi
-> car j'ai soutenu l'allure de mon record sur 10, qui pourtant ne date que de février et que je n'avais pas réussi à tenir en juin à Vincennes
-> car la course a été bien gérée (sans cardio car qui donnait des puls à 88) au niveau vêtements, ravitaillements, allures de courses.

C'est vraiment une perf incroyable et je la dédie à Sedef, qui m'a amené sur la course, et sans qui ça aurait été impossible à faire avec cette grêve.

Merci aussi à Rodie et à mon collègue de travail pour m'avoir poussé à prendre des risques (et pour moi ça veut dire accélérer plus tôt).

Chmat
P.S. dossard 3933 sur la photo

Pour info, le plan que je me suis concocté pour ce semi après Paris-Versailles

Semaine 1 - 4h30
-> 45mn endurance
-> 10 * 200m à 17km/h R40s
-> 2000m à 13km/h + 2000m à 85%FCM
-> sortie longue 1h35 dont 2 * 10mn à 85%FCM + 5mn à 90%FCM

Semaine 2 - 5h
-> 1h endurance
-> 10 * 400m à 16km/h R1'
-> 5000m à 13km/h
-> sortie longue 1h40 dont 13mn à 85%FCM

Semaine 3 (recup) - 2h30
-> 45mn endurance
-> 4000m à 13km/h + 2000m à 14,5km/h
-> 57mn endurance

Semaine 4 - 5h
-> 1h endurance
-> 2 * 7 * 300m à 16,5km/h R50s R23'
-> 6000m à 13km/h
-> sortie longue 1h40 dont 10mn à 85%FCM

Semaine 5 - 5h
-> 2 * 2000m à 13,5km/h
-> 7000m à 85%FCM + 1000m à 90%FCM
-> 1h05 endurance
-> sortie longue 1h45 dont 9mn à 85%FCM

Semaine 6 - 5h
-> 1h endurance
-> 6000m à 13,5km/h
-> sortie longue 1h30 dont 8000m à 13km/h
-> 1h30 vélo

Semaine 7 (recup) - 1h + compet
-> 25mn endurance
-> 3000m à 13km/h
-> Semi de BB

Au total 283kms de CAP et 28h pour préparer cette course sur 7 semaines.

2007-11-15 10:59:55 : Un avant goût de l'hiver... - 4 photos - 8 réactions

Pour voir "en direct" l'état de l'enneigement, un site bien utile et très bien réalisé :

http://www.emotionjura.com

les webcams en direct:

http://www.emotionjura.com/EDITORIAL/Bulletins/enneigementdomaine/enneigmentdomaine.html

Madie

2007-10-29 13:19:46 : Je suis marathonien, putain con ! - 4 photos - 30 réactions

Ah, qu’il fût beau, ce dernier WE d’octobre.
Il commencera par l’accueil des Molôs, qui viennent me chercher à la gare. Nous regagnons illico le village marathon pour chercher nos dossards. Je serai gratifié du n° 296, un dossard préférentiel. J’ai l’air malin avec ça, moi.
Ensuite, on passe au stand des meneurs d’allure, où l’on nous demande nos objectifs.
Cochon qui s’en dédit, j’annonce 3H30, et me vois gratifié d’un splendide bracelet bleu. Sympa cette idée des bracelets, ça permet de faire connaissance en course.
Ensuite, c’est LA photo, avec les forumeurs présents. Ulysse est passé nous voir, yesss.
Pour plus de détails, voir sur http://www.molo31.com/mapage2/index.html
Je passe sur la soirée, disons « raisonnablement festive » et, après une nuit pleine de beaux rêves, direction LE DEPART
Le temps est superbe, un chouille frisquet. Ulysse est encore là, accompagné le veinard de Caro (CPM) et Fabienne (Molokoï). Ces deux là, tortues historiques, je les rencontre pour la première fois. Merci à vous d’être venues m’encourager.

9H30 : top départ. Je choisi de démarrer prudemment, et au bout de quelques kilomètre, je suis calé sur 5mn/km. Tout va parfaitement bien jusqu’au semi, que je passe en … 1H45. Le coeur n’est pas monté, c’est parfait.

Ensuite, hélas, ça va se gâter.

Jusqu’au km 30, ça commence à tirailler. Rien de bien grave, mais ça me ralenti naturellement : je décide de ne pas relancer. Du coup, le cœur baisse encore. Une inquiétude toutefois : il y a des moments où mes mollets se mettent à « frétiller », un peu comme lors d’une séance d’électrothérapie. Je commence à sérieusement craindre la crampe.

Et ça ne va pas louper. Je vais devoir les 10 km suivants à alterner marche et course, arrêtant la course juste avant la crampe. A ce petit jeu, je vois les ballons blancs (3H45) puis les verts (4H) me dépasser. De toutes façon, j’ai depuis longtemps oublié mon objectif. Il n’en reste plus qu’un seul : finir, ce qui veut dire NE PAS AVOIR DE CRAMPE.
A la fin, j’arrive peu ou prou à me bouger, constatant qu’en tapant les tatanes sur le bitume, cela retarde l’arrivée de la crampe.
Je finirai mon premier marathon en 4H02 (4H05 officiel ?)

Mes sentiments sont partagés.

Heureux de l’avoir préparé, sans anicroche, et de l’avoir réalisé. JE SUIS MARATHONIEN, PUTAIN CON !

Mais aussi perplexe quant à cette « contre performance ». Trop ambitieux ? En théorie, cela devait passer, et si je l’avais couru à une vitesse inférieure, j’étais en endurance. Normalement, j’étais bien préparé et je me suis bien alimenté et hydraté tant avant que pendant la course.

J’en suis a émettre deux hypothèses : peut-être une fatigue liée à une prépa un chouille « trop», mais surtout un truc que j’avais déjà remarqué : mes muscles ne sont pas au niveau de mon cœur et de mes poumons. Toute l’année dernière, j’ai gagné en vitesse, maintenant, il va falloir travailler « l’endurance musculaire » …

Le prochain dans un an ?

Merci à vous, les tortues, pour les encouragements qui m’ont été droit au cœur.

Et bravo au grand Toulouse et à tous ses bénévoles, qui nous ont préparé un marathon parfaitement organisé

AlainP

2007-10-07 18:24:58 : derniers réglages avant Toulouse ... - 4 photos - 15 réactions

Mon premier marathon, c’est dans 3 semaines maintenant. Et naturellement, les sorties deviennent plus longues.

Il y a une semaine, je devais faire 3 X 5000m à allure course, après 5 km d’échauffement. Je n’avais pas tilté sur l’ampleur de la tâche, notamment en ne faisant pas attention à mon alimentation, et du coup, j’avais explosé en vol, à demi-mort, sans réussir.

Comme ce dimanche était organisé un semi dans ma ville, qui passe à 100m de chez moi, j’ai décidé de m’y engager pour faire ma séance de … 3 X 6000m, sérieusement cette fois-ci.

Avantage de l’opération : je peux tester, en vrai grandeur

- Mon équipement : ce sera la tenue «trifonction», et en chaussures, j’ai finalement choisi mes Mustang MIZUNO
- Mon alimentation : depuis 2 jours, j’ingurgite du malto, et ce matin, petit dej banane + fromage blanc puis malto (la course à lieu à 14H30).
- Ma tête : se calmer, respecter le programme malgré l’ambiance de course

Et en plus, je ne serais pas seul pour la séance la plus difficile de ma préparation, et je vais la faire dans les rues de ma ville, piétonnes pour l’occasion, et sous un beau soleil. Que demande le peuple ?

Le départ est à 14H30, et donc je décolle à 13H45. 3 kms d’échauffement, et je rejoins Phox sur la ligne, ainsi que quelques collègues du club.

14H27, départ avec 3 mn d’avance. Oups, j’ai oublié de prendre ma puce. Pas grave pour cette fois, mais à éviter le jour J …

Je ferai mes 6 premiers kilomètres en 28mn37, sans que le cœur ne monte trop haut : pour l’instant, tout va bien, d’autant que j’en ai profité pour avaler un tube et me désaltérer au 5ième. Je suis tout de même un chouille trop haut en FC, à 87% de FCmax.

Je m’arrête 2 mn, comme prévu. C’est dur de recevoir les encouragements des coureurs et spectateurs alors qu’en fait, je me la coule douce. Mais … ça fait partie du test.

C’est reparti mon quiqui, pour 6 km. Je décide de rester autour de 85% de FC, pour voir la vitesse. Je bouclerai cette fraction en 31mn.

Re 2 mn de glandouille,puis, pour la dernière fraction, j’accepte de monter jusqu’à 90% de FC, pour voir. Cette portion sera faite en 29mn.

Je finirai ce semi en footing, comme prévu, en passant chez moi au passage pour récupérer la puce et boire un coup (au robinet).

Bilan :

Temps : je finis en 1H54, mais on s’en fiche.

Test tenue : OK (la « trifonction » est tellement confortable qu’on l’oublie. Enfin, faudra pas que je l’oublie vraiment le jour J ;)

Test alimentation : OK, sauf que j’ai oublié mes gatosports ce matin. Pas grave, je dois remettre ça demain …

Test carcasse : OK

Test vitesse : NOK : Il est clair que je ne tiendrai pas le marathon à 4mn45 au km. Mais je peux peut-être tenter 5mn, soit 3H30 … La FC va sûrement me servir de guide le jour J.

Voilà, la plus grosse séance d’entraînement du plan est faite.

Demain, ce sera 1H30 d’endurance et mardi, je commence mes premiers entraînements natation. Mais ça, c’est une autre histoire …

AlainP

2007-10-01 16:48:19 : Les tortues au rendez-vous du 30éme - 3 photos - 21 réactions

C'était un agréable dimanche ensoleillé ...
Au départ 8 tortues prêtent à tout !
Commençons par les résultats puis place aux CR :)

Jepipote - 1h14'42
Rodie - 1h17'50"
Chmat - 1h18'24
Krylin - 1h22'41
Safran - 1h34'
FloDM - 1h38'
Ginette - 1h40'26"
Brubru - 1h50

______________________
Mon PV à moi (1er du nom) ! (by Brubru)

Départ impeccable en compagnie de la Ginette’s band, je suis bien entouré (4 jeunes femmes rien que pour moi) et je ne peux pas les louper, elles portent toutes un T-shirt rose.
On se suit plus ou moins jusqu’au 6ème kilomètre où le début des hostilités fait exploser le groupe.
Je m’accroche tant bien que mal à Gigi (et son fameux short rouge), puis cède à mi-parcours ‘des gardes’.
Je ne reverrai aucune des filles.

Le parcours en forêt est bien sympa et nous préserve de la chaleur qui commence à pointer son nez.
J’espère que les habitants de ces quartiers se rendent bien compte de la chance qu’ils ont de vivre dans un tel cadre (c’est nettement plus agréable que par chez moi)

Passé le 10ème kilo., j’ai de plus en plus de mal et compte les km restants, mais ça devient très dur et je me fais copieusement doubler dans chaque faux plat et montée (moi qui avais axé toute ma prépa sur les descentes, je parviens quand même à doubler pas mal de monde en descente) ;-)
En plus je constate qu’il est totalement impossible de couper dans ce type de parcours :o)

Au-delà du 14ème kilo., je suis totalement dans l’inconnu (jamais couru plus de 13 km à l’entrainement, ni plus d’1h35). Je finis donc comme je peux et tente de rallier les portiques de l’arrivée, malgré les nombreux embouteillages.

Bilan : 1h50 de course à mon chrono (+ 1 ou 2 mn pour passer la ligne d’arrivée) en ayant pour objectif, avoué à demi-mot, de finir (en bon état) en moins de 2 heures.
Mission accomplie

A +
Brubru (tortue d’un jour, tortue toujours)

Ps : je savais bien que j’aurai dû manger des pâtes la veille, j’aurais gagné facilement 10 à 15 secondes
^_^
____________________

____________________
Chmat

voilà le Paris-Versailles que j'ai vécu.

Pour la première fois j'avais un lièvre (un collègue du boulot) pour m'amener vers 1h20 au bout des 16,3kms. On a pas un niveau bien différent (il est un peu meilleur) mais on a pas tout à fait le même calibre (il va faire les templiers le mois prochain). Autant dire que c'est pas les côtes qui lui font peur ...

Premier conseil du lièvre : vite vite faut se mettre sur la ligne de départ (j'avais déjà pommé pas mal de temps au dépôt des sacs, arrivant un peu en retard au RDV). Désolé Rodie, je vous avait dit de me rejoindre au point de RDV mais j'ai écouté le conseil du lièvre.
J'ai adoré le sac poubelle, j'ai même pas eu froid. Faut dire il devait pas faire loin de 13°C.

1h20 ça donne 4'54 de moyenne.
J'avais prévu de faire les parties plates à allure semi soit 4'37 mais ça s'est pas passé comme prévu ...
Pour simplifier le suivi de l'objectif, je comparais à l'allure 5'/km, sachant qu'il faudrait gagner 1'30 pour arriver à 1h20. Je pensais récupérer ces 90s sur la première partie de plat.

1ère partie de la course : du départ au pied de la côte des gardes.
Km 1 : 5'00 (Fcmoy 76%, Fcmax 84%). Le kilomètre de l'échauffement, on a pas vraiment cherché à slalomer mais j'aurais voulu aller plus vite, je prend donc le relais pour donner le tempo.
Km 2 : 4'38 (Fcmoy 86%, Fcmax 91%). Naturellement je suis tombé sur l'allure semi (13km/h). Ca part bien ;-)
Km 3 : 5'29 (Fcmoy 87%, Fcmax 91%). Que de bouchons et de temps perdu. Et ça devrait pas s'arranger avec la côte...
Km 4 : 4'39 (Fcmoy 90%, Fcmax 92%). A nouveau une relance. Par contre ça fait monter le cardio et c'est pas forcément bon signe. J'avale un gel, le ravito va arriver.
Km 5 : 4'42 (Fcmoy 91%, Fcmax 92%). J'ai pris le gel trop tôt, le ravitaillement arrive seulement juste après ce 5ème km.
Km 6 : 4'50 (Fcmoy 89%, Fcmax 94%). Un peu de récup pour bien profiter du ravitaillement et déjà le début de la côte fait monter la FC.
Bilan de la phase : -42s sur l'allure 5'/km. Tout est pas rattrapé à cause des bouchons, mais l'avantage c'est que je suis frais au pied de la côte.

2ème partie de la course : la côte des gardes entre les kms 6 et 9
Km 7 : 6'01 (FCmoy 95%, Fcmax 96%). Oh l'horreur, mon lièvre imprime un rythme que je ne peux suivre. Arrivé à 95%FCM, mon coeur ne peux pas aller plus loin sous peine d'exploser en vol. Je me laisse donc distancer. Il va le voir et va ralentir pour m'attendre. Je savais qu'il restait deux kilomètres, ça aurait été suicidaire d'accélérer.
Km 8 : 5'25 (Fcmoy 94%, Fcmax 94%). J'avais l'impression d'être un boulet alors je lui ai dit qu'il pouvait partir que je lui faisait perdre trop de temps. Il a refusé et je me suis accroché et à ma grande surprise, en me concentrant sur ma foulée (petits pas, petits pas), le rythme imprimé a été super rapide et régulier.
Km 9 : 5'26 (Fcmoy 89%, Fcmax 92%). Ca montait toujours mais moins, ça a permis de souffler un peu.
Bilan de la deuxième phase : +70s en plus des 90s à récupérer sur les 5'/km. Je me dit que décidemment je suis pas fait pour les côtes. L'objectif est bien sûr inaccessible à ce moment de la course : il reste 7kms et plus de 2mns de retard.

Phase 3 : la renaissance jusqu'à l'arrivée.
J'étais à deux doigts d'exploser, j'avais donc géré la montée mais ça ne présageait de rien de bon pour la suite car il restait encore des côtes à pourcentage intéressant. Et là le miracle, la première côte de 5% a été avalée rapidement et facilement. La seule grosse côte qui restait (pourcentage autour de 10% mais assez courte) gérée. Et le reste du temps, la foulée a été allongée.
Km 10 : 4'50 (Fcmoy 91%, Fcmax 93%)
Km 11 : 4'21 (Fcmoy 89%, Fcmax 95%)
Km 12 : 4'37 (Fcmoy 91%, Fcmax 93%)
Km 13 : 4'32 (Fcmoy 94%, Fcmax 95%)
Km 14 : 4'39 (Fcmoy 92%, Fcmax 95%)
Km 15 : 4'21 (Fcmoy 92%, Fcmax 93%)
Km 16 : 4'47 (Fcmoy 94%, Fcmax 95%)
Résultat 1h18'24s !!! Je suis bien sûr super satisfait même si la course ne fait apparemment pas les 16,3kms annoncés ou alors je suis supersonique sur le dernier 1,3km. Il faut rajouter 1'30 à ce temps pour 300m de plus soit moins de 1h20. Contrat rempli ;-) Fcmoy 89%, Fcmax 96%)

C'est une course super intéressante, bourrée de changement de rythmes. Mais par contre j'avais travaillé des portions de 550m à 5%. Toutes les petites côtes ou les côtes à 5% sont passées comme une lettre à la porte. Les portions à 10% et la côte des gardes par contre, j'avais pas l'entrainement pour.
______________________

Mon PV par Rodie

Première participation au Paris-Versailles et une grosse envie d’en découdre avec la côte des Gardes et accessoirement avec le chrono.

J’arrive fin prêt en ce dimanche matin frisquet après une fin de préparation spéciale « céréales » (il faut lire 2 bières sirotées avec mes amis tortues la veille après le retrait des dossards). Je suis accompagné d’un copain qui est presque une tortue honoraire et je retrouve Chmat dans le stade où, tels des oignons, nous enlevons quelques couches textiles avant de fourrer notre sac dans un camion de scouts.

Quelques tours de piste et nous rejoignons le rendez-vous des tortues avec pas mal de retard. Retrouvailles avec Krylin et JPP, eux aussi super affutés. Quelques montées d’escaliers au trocadéro et nous décidons de nous agglutiner dans la masse des coureurs … un peu de discussion stratégique et c’est le départ.

Première surprise, le départ se fait d’un seul bloc et non pas par vagues comme annoncé. Du coup, c’est très difficile de se frayer un chemin entre les participants, tous de niveaux très différents. Comme d’habitude, je joue les extérieurs , les yeux rivés sur le dos de JPP qui me devance de quelques mètres. Je le perdrai d’ailleurs un peu plus tard au niveau du premier ravitaillement qui s’est révélé être bien bordélique … j’ai rien pris parce que c’était la bousculade. Fort heureusement, un collègue, venu en supporter me tend une bouteille, cool un coup de flotte avant d’attaquer la côte.

Je la connaissais bien cette côte, aussi j’ai géré la difficulté avec des passages à 11 km/h et des passages à 9 km/h … le plus dur étant d’éviter les marcheurs qui suffoquaient tout au long de la pente.

Du coup, arrivé en haut de la rue Marcellin Berthelot, j’étais relativement frais pour pouvoir relancer, et dès les premiers mètres de la route royale, j’étais de nouveau dans le rythme. La descente glissante ne m’a vraiment pas fait peur puisque j’ai déroulé à 15 km/h.

En bas de la côte du cimetière, je me suis dit, « mais je connais par là, je suis déjà passé en voiture … on est presque arrivé !! ». Ca m’a étonné car sur ce genre de distance, il y a toujours un moment vers le 12ème ou 13 ème, où j’en ai marre et où je pioche, et là rien, que du bonheur. J’ai tranquillement déroulé jusqu’à l’arrivée, empôché ma médaille, regardé à l’intérieur du sac presque vide … la course était terminée, sentiment du travail accompli.

J’ai juste eu un petit problème de Forerunner et jusqu’à dimanche après-midi je ne savais pas quel était mon temps exact, je me voyais au dessus de 1H20 et c’est donc avec beaucoup de joie et de fierté que j’ai vu un temps de 1H17’50.

Belle course mis que je ne referai peut-être pas l’an prochain, à moins que l’organisation se remette un peu en question

Rodie

------------------------------------------------------------

Dimanche 30 septembre 2007, 5h30 du matin……

Voilà encore une matinée à flemmarder au plumard de raté.
Le petit déj avalé, je monte dans la cliomaubile en direction de la ville de notre bon roi !!
J’arrive de bonne heure, me fais vendre un tiquet de RER par un gus qui me pique 30 centimes au passage…. mais que fou la RATP !! Bref, j’attends le départ vers la capitale tranquille au chaud, dans la machine, c’est bizarre, y’a pleins de poubelles sur les siéges !!!

Une vingtaine de minutes plus tard me voilà arrivé…. Il est à peine 8 heure, j’ai du temps, je prends mes repères, me les cailles un peu, me les cailles encore…. Il fait frais ce matin. Je décide de me changer en attendant que gigi qui a récupéré mon dossard la veille arrive.
Je vais passé un peu les détails, mais une fois récupéré mon bien, je file déposer mon sac au camion, y’a une sacrée queue, je me glisse entre deux et une dame me tend un tiquet, après lui avoir dit que mon sac ne rentrait pas dans ceux que l’organisation nous donne. En gros j’ai fais la queue une minute…. Désolé pour avoir doublé les autres, mais j’ai sauté sur l’opportunité !! Je file au pilonne ouest de la tour Eiffel, j’ai rendez-vous avec mes amis tortues de CAP. Net. Gigi, rodie, krylin, chmat (que je verrai pas), brubru, steph (toujours avec rodie)
On discute un peu, gigi préfère la compagnie de sa chef elle nous quitte donc, nous partons nous échauffer sur les Trocadéro, quelques montées de marches pour chauffé la machine et retour au point de départ, loin, trop loin des premiers….
10h00, les fauves sont lâchés, ont arrivent vite sur la ligne de départ, bizarre, ah oui, problème d’organisation… c’est un joyeux foutoir, je suis la tour steph devant moi, il est grand et ouvre le chemin, trottoir, terre plein, route, re-trottoir, re-terre plein…. Bref ont passent là ou c’est possible. Les 5 premiers kilo sont bouclés en 22’49, le premier ravito arrive, trop bonne idée, sur un seul coté de la chaussée, les gens qui sont à gauche coupe la route pour y accéder, ah oui, problème d’organisation….. C’est dans ces moments là que je suis content d’avoir mon camelback !!
La cote arrive enfin, je vais la montée au train, je double steph, je continue à mon rythme, j’ai les jambes qui chauffe, mais je garde l’allure, merci les trottoirs, après un virage je suis surpris de voir que ça monte encore…. C’est long deux bornes !! En haut j’arrive quand même à relancer. Dans les descentes je me lâche j’adore ça j’en profite j’ai un peu d’espace. Entre le 5 et le 10éme kilo, je vais mettre 25’29. Après c’est l’alternance de montées et descentes qui se succèdent. Au 3éme ravito, je vois un SAMU sur la chaussé, je me dis mince un incident, mais non, il est garé là, sympa l’étranglement à la sortie du ravito ça fou pas le bordel, ah oui, problème d’organisation…
Je vais dérouler jusqu’au bout ; les mollets sont tendus, la longue ligne final me semble interminable… j’arrive enfin, avant le gros de la foule, donc pas trop d’attente. Un peu de foule quand même, et là je rencontre un kikoureur, jlw, on discute le bout de gras, un monsieur accepte gentiment de nous prendre en photo, le temps de récupérer la médaille et la pomme, dans un sac noir avec un morceau de sucre et ….. C’est tout…, ah oui, problème d’organisation……, une bouteille de saint yorre plus loin, j’entends un gars vanter les mérites de la FFA sur le podium, parle de trail qu’il espère bien intégrer dans ses rangs, celui là n’a pas du courir aujourd’hui !! Y’a encore du boulot sur les courses sur route…..
Au point de rencontre Moscou, nous rencontrons d’autre kikoureurs, le lutin d’Écouves et kikival. Je revois mon ami krylin, très content de sa perf, je croise aussi la pépite souffrant du talon et tout son team en maillot orange …. Et je ne reverrais plus personne.
Retour à la maison, avec arrêt au Mac sur la route.
La course en bref : les 16.3 bornes en 1h14’42, moi qui espéré aux alentours d’1h20, je suis plus que satisfait. Parcours très sympa, vraiment dommage que l’on se foute de notre gueule.
Je me demande bien ou est passé l’argent de mon inscription, sans doute pour faire venir du beau monde à l’avant de la course….Pour nous, pauvres coureurs anonymes, j’ai ressentis comme de l’ignorance à notre égard. C’est nous qui faisons vivre de tels événements, il serait bien de ne pas le négliger !!

Ah oui à propos du vaccin, il a marché, je serais plus jamais sur ce genre de course….. Problème d’organisation….

jepipote
mon blog: http://jepipote.kikourou.net/
______________________

Le PV vu par Ginette

Samedi
Rdv assuré (enfin presque, il manque Safran et FloDM) grace à l'idée Géniaaale de se retrouver en un lieu FA-cile : Le "Relais de la porte A". J'aurais donc les tortues mâââles pour moi toute seule ! :))
Il y a Chmat, Rodie, Brubru et son fils "peter Parker" (mais siiii, Spiderman !) et … Krylin qui n'aura eu qu'un demi bisou pour être arrivé trempé : on a pas idée de placer sa dernière séance avant la limobière !
Le retrait du dossard prend 5min, la limobière 15 fois plus ! Sitôt installés en terrasse, nous commandons un tonneau de Leffe (on a raccourci et viré "limo") , un deuxième tonneau viendra finalement agrémenter notre bavardage capiste.
ps : Brubru chante divinement ! il a fallu cepandant boucher les oreilles du mini superman sur quelques paroles.
Nous quittons notre "taverne" à regret, mais heureux à l'idée de nous retrouver très vite le lendemain pour mettre en place les stratégies évoquées :)

Dimanche
(après une nuit plus qu'archi courte, aaaah "excitation" quand tu nous tiens)
1- je retrouve mon collègue Cricri dans le RER.
2- je retrouve Jepipote au stade (il n'a cessé de me harceler "Ginette, le Rer c'est quoi ? Ginette, le stade c'est où ? Ginette , quel couleur de T-shirt ? …" , depuis j'ai un nouveau numDeTel :))
3- nous retrouvons ensemble et dans le désordre Krylin et Brubru d'un côté, la BandeDeMaChef de l'autre.
4 - avec Brubru on lâche Jpp et Krylin qui continueront d'attendre Rodie et Chmat sans nous : nous rejoignons la BandeDeMaChef (BDMC) déjà au départ, certaines de ces personnes ayant un rythme plus adapté au notre. Autrement dit on les verra sur la course plus longtemps !

Et c'est parti pour beaucoup de monde. Je veux dire "beaucoup trop" !
Les moins rapides gènent les flêches. Les flêches bousculent les moins rapides, on entend des "pardon" de part et d'autre :). Il faudra un bon moment avant que chacun soit à sa place : une bonne 15zaine de km :))
Je pars bien sur les 2 premiers km, entre 6' et 6'15, ça sera mon echauffement.
Ensuite je devrais accélerer un peu mais je ne le fais pas : prise entre l'envie de rester avec le petit groupe du départ, et une légère crainte de dépenser l'énergie qu'il me faudra dans les côtes . Au 1er ravito je prend un gel, j'imagine ainsi que je n'aurais pas de coup de mou après Ze grosse côte et que cela compensera la ½ tartine seulement du p'tit dèj'.
J'attrape une bouteille d'eau qui fera toute la course : j'aime bien avoir la gorgée d'eau quand je le souhaite, et cela m'évite la bousculade au ravitos suivants. LA côte arrive, je laisse partir la BDMC (qui s'était reduite à deux nenettes) cherche Mon groupe de supporter (2 aussi !) à qui je dois "balancer" mon coupe-vent que je porte à la taille depuis le départ (Balancer c'est léééégèr'ment exagérer, je manque de vitesse !).
A ce moment je récupère Brubru qui avait probablement pris le temps d'une saucisse-frite au ravito et, afin de lui laissé le temps de digérer le tout, nous montons à pied, jusqu'au rond point. Puis les guiboles repartent à fond (si !). Arrivée sur les pavés je me retourne pour voir Brubru qui fait son trail sur l'herbe. Une min de plus et je monte à mon tour sur le "green", me retourne et … et … il a disparu ! ni à droite ni à gauche ni devant pfiuuuu envolé. Je ne le verrais plus :( Je continue donc seule … mais ça va !
Dans la 2eme portion difficile de cette (foutue) côte, je m'installe sur les talons d'une nenette qui coure et je la suit en marchant (ex'cellant pour le moral : je m'economise sans perde de temps sur elle) et arrivé la haut je redémarre bien, je "lâche" la bêêêteu :) YEPEEE . J'aurais beaucoup apprécié toutes les descentes de cette course, et même si j'ai fait attention de ne pas me prendre un gland (un vrai, d'un arbre) ou de glisser sur la bouillie de feuilles, j'ai bien gagné, "ouhlala", 10 places en me mettant en roue libre !
Je ne trouve pas le temps trop long, les kms passent assez vite, je me sens bien même si à chaque montée je prend "trop" la précaution de ralentir pour que le cardio ne s'emballe pas (max 184). D'ailleur la dernière "pentounette" à 2km de l'arrivée, je la monterais aussi en marchant (elle est vache aussi celle-là !). Puis je m'emballe une chouille et c'est agréable : pas vraiment de douleur, pas vraiment essoufflée, je me suis ménagée pendant 14km (ça c'est le petit regret, encore une fois, de n'avoir peut-être pas été plus près des limites raisonnables :)), je n'ai plus qu'à finir en sprint. Chose que je fais dans les …100 derniers mètres pour passer la ligne :)
Et "VLAN" l'horreur ! je me suis jeté dans la nasse, le piège rempli des coureurs qui m'ont précédés. Beurk … tout le monde est trempé, j'ai des tas de bras qui viennent se coller sur les miens. Et puis il y a ce type qui grogne sans cesse sur cette "organisation de MER…", repetant sa rengaine dès qu' un nouveau type lui donne la réplique. On finit par croiser de jeunes "scootes , toujours prêt !", l'un coupe le lien de la puce, l'autre gribouille en vert , un troisième pour nous présenter la boite-A-puces, un dernier pour le gribouillage en rouge … le tout prenant 20 bonnes minutes ! Derrière une vague de coureurs siffle et cri au scandale (on se croirait en concert, quand l'artiste tarde à monter sur scene :)) alors qu'au micro sur le podium, un peu plus loin , on vante cette magnifique organisation :))
Et puis il reste un dernier couloir entre les grilles pour récupérer des pochons noires avec une pomme et une barre de céréale. L'eau … oui, il y en avait mais les "scootes toujours …" emportaient les bouteilles pour les distribuer en amont le long des grilles. Je les aurait croiser en somme :). LE truc le plus débile que j'ai vu, ce sont les "scootes touj…" balancer ces fameux pochons noirs par-dessus les barrières pour les coureurs qui avaient réussi à s'extirper de la nasse, sans abandonner l'idée de se voir remettre (ici, jeter) la "récompense". Pour certains cela à du être de la compôte ! hi hi hi

Voilà voilà … je retrouve le groupe DeMaChef pour 2-3 commentaires, puis mes amis (a qui j'ai balancé le coupe-vent) qui, pour éviter le souc de l'arrivée , m'attendent à une terrasse au soleil à côté du marche : ma bière m'attend :)
Bilan , une course au parcours agréable (Ze côte mis à part hé hé hé) , mais pas très amusante : y'a décidement trop de monde à courir dans la capitale !!
_______________________

Cr de FloDM

Tout d'abord nuit blanche à l'hôtel (pourtant bien situé : l'ibis à côté de l'hotel de ville de VERSAILLES. Mais une boite de nuit au rez de chaussée et j'étais au 1er. La réception m'adit qu'il NE pouvait rien faire bref + un coup de froid attrappé 2 jours avant . Bref Kapoute ! La Flo.
Mais j'étais contente d'être là car depuis que je cours (2002), j'ai tj eu envie de faire cette course.
Bref j'étais également contente de vous retrouver pour NE pas rester seule sur Le parcours ou du moins avant et après mais ..... loupé !!!!!!!! ça, ça m'a foutu un coup au moral, mais bon.
Le matin bien crévée parti en RER avec Mon mari et ma (2ème) fille au pied de la Tour. Fait pipi 2 fois, et me suis placée vers 9 h 15 dans la foule (j'voulais pas partir trop tard dans les vagues. Comme j'étais seule je me sui faufilée et pour finir, IL n'y a pas eu de vagues !!!!! Mon mari et m'a fille m'ont fait "coucou" et hop c'est parti. Je n'étais donc pas échauffée ... J'ai regardé Le paysage, les gens qui dévalais de chaque côté .... J'aime ces Grandes courses ! Je n'ai meme pas cherché à aller vite, car pour moi c'etait comme Mon entrainement du dimanche matin (vu que pour plein de raisons (blessure, temps, fièvre etc ) je n'avais pas up bien me préparer. La côte est arrivée sans que je m'en rende compte : déjà 6 km de couru !!!!!! Ah la voila cette côte !!!!!
J'enclanche la petite foulée et surtout j'écoute les commentaires. C'était rigolo. Par contre moins rigolo, j'ai eu rapidement un coup de mou (cause je suppose état fiévreux Des jrs précédents) mais pas grave, qq grandes enjambées en marchant pour récupérer. (faut dire que je marche presque aussi vite que je cours ....hi hi , c'est l'avantage .... Et voilà !!! c'était qd même anormalement dur pour mois ce jour là mais bon j'y étais, c'était ce que je voulais .... J'ai bcp aimé Le passage dans la forêt. Concernant Le ravitaillement, j'ai bu a chq fois et pris un peu de sucre au 2ème. (j'ai là aussi pris Mon temps pour récupérer)
Et hop 12 km (dans ma tête je me dis déjà : + que 4 !!!)
13, 14, par contre la fin je me suis trouvée sur cette Grande et large ligne droite, j'en profitais pour regarder un peu ce beau décor, mais alors qu'est ce que je l'ai trouvée dure cette ligne. Il m'a mm semblé qu'elle montait un peu. Je voyais Des gens qui marchaient à côté ... Mais bon j'étais super contente. Et puis Le temps : pas trop bien mais je savais que ça allait être ça par rapport à l'état de la "bête" : je m'étais fixée 1 h 40 et 1 h 38 réalisé et surtout pas démolie à l'arrivée. Alors voilà.
J'ai trouvé un peu léger Le petit en cas de l'arrivée (heureusement que je n'attendais pas après ça pour me ravitailler, car c'était limite). J'ai donné ma médaille à ma fille. Douche à l'hôtel. 13 h dans la voiture, 17 h dans la maison pour faire les devoirs et aider la Grande (17 ans) à terminer les siens. Bien dormi
Violà :)

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net