La course à pied Les blogs courseapied.net : tortues

Le blog de tortues

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-09-16 19:47:26 : La Forestière - 16 septembre 2007

Voici quelques photos de la Forestière.
Je les ai prise en fin de matinée, il s'agit donc des premiers coureurs du marathon 100 km, cela explique que le ravitaillement soit encore désert.

madie

Les réactions

Par Delphine, le 2007-09-16 20:29:50
Salut Madie,

Pas tout suivi moi:/ Tu parles de 100km, de marathon, et je vois des vélos :o)
En tous cas tu as affronté le danger... :o)Le parcours cycliste ne m'a pas l'air simple.

Par madie, le 2007-09-16 20:49:17
Je n'ai pas précisé que c'était un 100 km marathon VTT ...

Par PARISI, le 2007-09-16 22:03:22
Merci Madie pour ces photos , c'est sympa et je ne savais pas qu'il y avait des marathons VTT 100 km .
Heureusement qu'il faisait beau car le parcours , c'est pas tout droit !!! lol

A+++ Parisi

Par ginette, le 2007-09-16 23:02:48
Trés chouette la dernière Madie :))

Par riri, le 2007-09-17 07:28:04
excellent madie ..
seras tu là encore l'année prochaine ?? ;-))

bisous ! et merci pour les photos ..et bravo thomas !!

Par madie, le 2007-09-18 09:05:48
@Parisi: c'est la première fois que je fois ce nom là aussi, il ne me semble pas que c'était le cas les années passées.

@Ginette: je savais qu'elle te plairait, c'est une belle montbéliarde qui doit donner bon comté, morbier ou bleu de gex...

@Riri: Si le parcours ne change pas, bien sûr que je serai là pour t'encourager !

Par al, le 2007-09-23 19:10:28
j'y étais pour le 70 km, organisation au top et des encouragements tout le long qui font super plaisir !

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


Le vainqueur de l'épreuve Thomas Dietsch


Il est suivi de très près...


Encore plus proche...









Les 5 billets précédents

2007-08-27 22:06:14 : Le tour du Lac de Paladru, version tortue. - 0 photo - 12 réactions

Cela fait deux mois que nous avons décidé avec une amie de "sauter le pas" et de nous inscrire à une vraie course.
Nous nous décidons pour une course près de chez elle, qui ne comporte que peu de dénivelé, ce sera les 15 km du tour du lac de Paladru.

En juillet je m'entraîne assez consciencieusement , mais en août je me retrouve 15 jours sans pouvoir courir, et ce n'est qu'une semaine avant la course que je remets les runnings. Cela ne s'annonce pas sérieux, je crains pour mes genoux qui se font sentir à la reprise. De son côté, mon amie est en plein déménagement et son entraînement frise le zéro absolu mais elle est assez entêtée pour ne pas abandonner, d'ailleurs, c'est elle qui nous inscrit.

Dimanche 26 août

Nous partons à 8h00 et nous avons 30 min de trajet pour nous encourager et nous rassurer : "De toute façon l'important c'est de finir" , je ne sais pas combien de fois on a pu se redire cette fameuse phrase avec "on part ensemble, on arrive ensemble".
On se gare non loin de l'entrée du camping de Montferrat pour aller chercher les dossards non sans se demander si les inscriptions ont été bien enregistrées. Comme de bien entendu, tout était au top, en deux temps trois mouvements on récupère dossards et tee-shirt, puis retour à la voiture pour se changer. C'est à ce moment que je me suis aperçu que tout était bizarre, l'impression que ce n'était pas réel! Il s'en est fallu de peu pour que je fasse demi-tour!
Finalement, nous arrivons à la ligne de départ au moment où les marcheurs partent avec leur déhanchement particulier. La première arrivera bien avant nous! Les coureurs en fauteuil sont devant, et tous attendent le départ. Nous faisons un détour pour nous mettre en fin de peloton, et pour ne gêner personne.

Le départ est lancé, il nous faut un peu de temps pour passer la ligne, puis c'est parti. On suit ceux qui nous précèdent (jusque là c'est logique), et automatiquement on va vite pour des tortues confirmées. Au premier km 6'20, oh là là! Ca va trop vite pour moi, mais faut bien que je suive ma copine! (Qui pense la même chose que moi, je l'ai appris plus tard),. Mais bon le rythme est donné, on continue comme ça. Le peloton se détend vite, et on se reste en fin de course mais pas les dernières! Na!
On ralentit un peu ensuite, il y a un faux plat, puis une petite côté. Au premier ravitaillement, il commence à faire très chaud, je bois quelques gorgées; Mon amie a décidé de ne pas s'arrêter aux ravitaillements de peur de ne pouvoir repartir, donc je fais deux trois pas, puis je la rejoins.
On arrive à Charavines, on passe sur l'autre rive du lac. On est accompagnées parfois par une copine à vélo qui nous distrait et nous encourage, je trouve ça sympa, je discute sans problème donc je me sens bien, mais ce n'est pas le cas de ma coéquipière qui préfère rester sur concentrée sur son souffle. Cela ne l'empêche pas de me mettre comme d'habitude plusieurs mètres dans les yeux à chaque montée!
Deuxième ravitaillement (8km - 52'35), il fait vraiment chaud, je ne suis pas habituée à courir par cette chaleur, et encore moins à cette vitesse! Un peu d'eau, du pain d'épice et c'est reparti. Je rattrape mon amie qui ne s'est pas arrêtée, elle a les traits tendus, ses genoux commencent à la faire souffrir. Il reste moins de la moitié et il fait toujours aussi chaud, on commence à rattraper quelques personnes qui sont certainement parties trop vite.
Troisième ravitaillement à Paladru, (12 km- 1h27'28"), on aperçoit une dame au sol, entourée par les bénévoles. Je prends un verre d'eau et je repars. Quand je me retourne elle est de nouveau debout, ouf, ce n'était pas trop grave. Il reste 3 km et on est toujours du même côté du lac, va bien falloir qu'on tourne à un moment ou a un autre! Enfin le virage, plus que deux km, mais qu'est-ce qu'il fait chaud! J'ai l'impression que mes jambes se traînent (ce qui est le cas bien entendu!), pas un coin d'ombre... Le km 14 tarde à arriver, ça alors on est garées là, si loin de la ligne d'arrivée? On croise tout plein de coureurs qui ont fini depuis belle lurette et qui nous encouragent! Puis j'aperçois une jupe madras au loin, c'est ma fille sur les épaules de son père, mais ils vont dans le même sens que nous et ne nous voient pas. Je les appelle et mon fils armé de son picachu nous suit en courant. Dernier virage, et on voit l'arrivée, un sursaut d'énergie nous fait accélérer les 100 derniers mètres pour finir au sprint (quelle idée?). Le chrono indique 1h41, c'est super je ne pensais pas faire moins de 1h45 !
La tête tourne, bonne idée d'avoir mis des barrières à gauche et à droite, c'est pour ne pas tomber, non? On me tend une rose que je prend machinalement puis je me précipite sur le sac de fin de course pour avoir de l'EAU !

Youpi, c'est fini! Nous avons réussi! Tortues et fières de l'être!

Madie

2007-08-27 10:05:00 : Un p'tit tour en vallée d'Aoste... - 10 photos - 8 réactions

Me voici de retour de la vallée d'Aoste où j'ai fait peu de randonnées, principalement à cause du temps peu enthousiasmant...
Juste quelques photos...
hélène

2007-08-26 21:14:02 : course "le cul d'enfer" - 0 photo - 13 réactions

« Vous êtes sur RTL, il est 6H00 »…. Ok j’en rajoute pour embellir mon récit.
Il n’empêche, pour un dimanche matin, ça fait tôt… je vais regretter l’époque du foot ou le réveil sonné plus tard !! Bref…

Pour le petit déj, j’ai décidé de tester une nouveauté, j’ai préparé un gatosport (isostar), j’en mange deux parts, accompagné d’une banane ça devrait aller. Je met une part dos mon sac pour prendre vers 8H00. Je vais aussi boire beaucoup avant la course, la température s’annonce chaude.
6H45, c’est parti, j’aime bien arriver tôt sur les courses, histoire d’avoir des repères, et j’apprécie de prendre mon temps avant la course, en plus il faut que j’aille m’inscrire.
Je vais mettre 1H00 pour arriver à Mondeville. Je file récupérer mon dossart, et je vais me changer tranquillement. J’opte pour un corsaire, avec mon beau maillot rouge avec mon pseudo dans le dos et mes adidas wanaka2.
Je m’approche du départ, quelqu’un crie jepipote (merci le maillot)…. Un visage inconnu, c’est un kikoureur, greg636, on se présente, et on décide de s’échauffer ensemble (au moins 5’), il a l’air affûté le bougre. L’heure approche, on rejoint la ligne de départ……

3-2-1… partez… y’a du monde (545 partants de mémoire), un petit tour dans Mondeville, on tourne à gauche et c’est parti, pour les chemins…. Enfin presque, ça coince (pas longtemps), mais je ronchonne quand même, c’est vrai quoi, j’suis venu faire un chrono !!

Je décide d’accélérer un peu, je ne veux pas me faire enfermer…. Jepipote… ce coups ci, c’est calou qui m’appelle, je lui dis qu’on essaie de se voir à l’arrivée et je repars. Greg me double, je ne m’accroche pas, toute façon je ne peux pas, je ne le reverrai plus.
Les premiers kilomètres défilent, la première côte arrive, au deux tiers je jette un œil sur le cardio…. A l’aide… plus de 190 !!! Je décide de marcher, et je le ferai pour toutes les côtes (de toute façon pour les autres la question se pose même pas !!), sur les deux premiers ravitos, je prends un gobelet pour m’arroser (que je jetterai dans un sac poubelle prévus à cet effet), j’ai mon camel back et mes gels. Je sens que la course va être dure, je décide de prendre mon 1er gel au bout de 35’.
La deuxième côte, celle qui mène au « cul d’enfer », est bien plus raide que la première, en haut nous avons droit à une jolie photo, y’en a pour les hommes et pour les femmes, pas de jaloux ! Je suis derrière un gars qui a une bonne allure, je décide de rester avec lui, nous ferrons au moins cinq bornes ensemble, on passe les 10 bornes ensemble en 55’49. Quand on sort de la foret, le soleil tape fort, je m’hydrate bien, prends mon deuxième gel, le mec que j’accompagne lève le pied, je pars seul, et je décide de m’arrêter à chaque ravitos (je jette mes gobelets dans les sacs prévus à cet effet ainsi que mes tubes de gel), le terrain est délicat, beaucoup de pierres, racines, et surtout beaucoup de gadoue !! J’imagine derrière calou prenant ses bains de boue. Les 3eme et 4eme côtes, vont être un enfer, et en haut, plus de récompense, même en marchant j’ai du mal. Les ravitos arrivent toujours au bon moment, je bois et m’arrose beaucoup (je jetterai les gobelets dans les poubelles prévus à cet effet). Entre le 10 et le 20éme kilo, je vais mettre 1H01’26, je décide de tout donner sur le dernier kilomètre, je double quelques concurrent, je suis à bloc….le chrono final : 2H03’31 (ok je vous donne le temps du dernier kilo à donf : 6’15)
Je retrouve greg à l’arrivée, il a l’air bien vide aussi. On refait la course ensemble le temps de récupérer un peu. Plus tard on rejoint un groupe de kikoureur (calou, mr malou, bigtonio, j’en oublie un oups! et le fameux JPII du forum courseapied.net)

Je tiens à remercier tous les « bénévoles éboueurs », toujours souriant, avec un petit mot d’encouragement.
Enseignement de cette course : - Pas courir en corsaire par temps chaud
- Les chaussures en gore tex… c’est naze (à partir du 14eme kilo échauffement à la plante des pieds, chaussettes humide)


Déception : calou n’aime pas tant la boue qu’elle veut bien nous le faire croire

pour voir quelques photos: http://jepipote.kikourou.net/

hervé

2007-08-11 23:28:43 : les foulées de plouhinec - 4 photos - 18 réactions

Les foulées de plouhinec,

Comme prévu, je vais faire un petit CR de ma course du 28/07/2007, avec un peu de retard.
Alors en cette journée ensoleillée, nous décidons de nous rendre de bonne heure à plouhinec, la course à lieu à 18h00, nous avons donc le temps d’aller à la plage avant. C’est une belle journée, chaude, mais il y a du vent, comme depuis le début des vacances d’ailleurs. Je vais donc faire bronzette tranquillement avant la course, deux heure tranquille sans trop stresser avant le départ, c’est rare chez moi.
A 17h00 on remballe, faut que j’aille récupérer mon dossart et que je m’échauffe un peu avant le départ, sur place c’est très bien organiser, je suis vite à l’échauffement, le stress monte…. Le cœur aussi !!
18h00, c’est le coup de feu, je pars vite, j’essaye de me placer à l’abri du vent dans un groupe, le problème c’est de trouver le bon !! Au bout de 1 Kms je me retrouve déjà entre deux, je décide d’accélérer pour rattraper celui de devant, cet effort je vais le payer tout le reste de la course.
Le cœur est monté très haut, il ne redescendra plus, je cherche vite du regard un métronome, chmat ou es tu ?? Va falloir faire sans toi. Je repère un couple, le mari est là pour donner le rythme à sa femme, je sent que c’est à eux que je dois m’accrocher. Je leur emboîte le pas, je les lâcherais plus jusqu’à l’arrivée. Au bout d’un moment, j’entame la discussion, et je m’excuse de les suivre comme ça, et leur explique que j’ai du mal à trouver et garder la bonne allure en course, ils sont sympathique, je prendrais quelques relais quand la route montera un peu, histoire de pas être le lourdingue qui se colle aux basques !! L’allure et régulière, le monsieur s’occupe de tous les ravitos de sa femme, c’est très pratique, je l’envie !! Une chose est sur, je suis parti avec mon camel back, et je le regrette pas, il fait très chaud malgré le vent, j’ai faillis le laisser au départ voyant que très peu de coureurs en avait, j’ai bien fait, j’aurais explosé sans ma flotte !!
Le Kms passent je suis dans le rouge en permanence, je tiens bon, mais je souffre. Les bouts de doigts de pieds sont douloureux (comme au semi de paris), les paysages sont magnifiques, même si j’avoue avoir plus regardais le sol que les alentours. Les derniers Kms sont longs, je décide quand même d’accélérer pour le dernier, je remercie mes compagnons de course, et je file. Mon fils m’attend à 200m de l’arrivée, je lui prends la main, il perd une tong mais finit avec moi, je suis très content de ma course, et très heureux de retrouver ma petite famille sur la ligne. Je vais attendre les personnes qui m’ont accompagné je le sert la main, car sans eux j’aurais jamais fait un si bon temps.
Les 16 Kms sont bouclés en 1h22’33, je visais 1h30. Courir dans le sable c’est pas top, heureusement il n’y en aura pas trop, mais on oublie vite tellement la cote bretonne est belle.
Cette course mi route, mi chemin est vraiment sublime, je la conseil pour ceux qui seront dans le coins l’année prochaine.
Après avoir récupéré mon lot, un tee sheart bien sur, je file à la douche. Mes beaux parents sont venus nous rejoindre, on ira finir la journée dans une fest noz (je sais pas comment ça s’écrit) à manger des moules frites, en dansant comme des bretons (enfin presque) sous une bruine bretonne elle !!
jepipote

2007-07-29 17:38:05 : une tortue au trail d'Allonnes ... - 0 photo - 10 réactions

tortues du jour , bonjour !
ben voila , 4 mois 4 trails
après Erquy le 28 avril 15km1h38
le trail bressuirais le 13 mai 21km 2h21 (dur ! dur !)
le trail nantais le 10 juin 17km 1h41
le trail des chevreuils a Allonnes 29 juillet 23km 2h10
un peu mal aux mollets , mais dans l'ensemble ça va .
ce matin , je me suis levée a 6h30 , de toute façon , je mange pas alors autant rester au lit .un café 2 tranches de pain d'épice et 2 tartines , un exploit ! au moins un !
il y a 3/4h de route alors on part a 7h30 , mon mari m'emmène .il y a déja foule en arrivant mais c'est vrai que le 31km part a 8h30.
je récupère mon dossard et dis bonjour a mon neveu qui fait parti du club . il était 1mn devant moi a bressuire alors , je pense revanche :))loupé ! il sera au ravitos et ne cours pas .
départ 9h en meme temps que le 9km , ça démarre vite et comme d'hab je suis le rythme , meme si je sais que je vais le regretter.Il ne fait pas trop chaud , le ciel et couvert et nous courons dans la foret .on se sépare du 9 au 5ème .
il y a un ravitaillement tous les 5 km , au premier je suis a 27mn , au 2ème 57mn et après j'ai plus regardé .
les chemins étaient plein de branches , restes de l'abattage des arbres , alors on regarde ou on mets les baskets .
je suis entourée de 2 messieurs avec qui je vais faire la course , je pense au lièvre de macadonf .je vais me caler sur eux .et puis j'arrive a la hauteur d'une concurrente qui m'a double avant et nous causons , on finira ensemble .
j'ai toujours été bien .j'avais peur de le trouver long,meme pas.j'ai accéléré au dernier km donc il en restait sous le pied encore .
que de bonnes sensations !
a refaire surement!
c'est une bien belle motivation et beaucoup de plaisir au final.

Marie

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net