La course à pied Les blogs courseapied.net : tortues

Le blog de tortues

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-04-23 16:53:10 : Des tortues ...et des lièvres

Les réactions

Par , le 2007-04-23 16:55:51
C koi ca???????

Par krusti, le 2007-04-23 17:02:52

J'aime bien le grain de ces photos, petites au demeurant mais semblant sortir du passé.... Pourtant c'est pas vieux le MDP 2007 ?
;-))))
Merci.

Par Cal, le 2007-04-23 17:14:45
@ Krusti...C'est chez des rêves...

Par PARISI, le 2007-04-23 18:33:25
Ces photos remuent pour moi le couteau dans la plaie !!!
Car je souffr toujours de ne pas avoir réussi à me libérer pour venir vous voir !!!

Mais je suis cependant bien content de voir ces photos !!
Merci !!!

Parisi

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)





Les 5 billets précédents

2007-04-18 10:28:45 : M de P - 1 photo - 1 réaction

A+

2007-04-17 16:59:29 : Jour de fête pour Ginette ! - 0 photo - 36 réactions

... et pourtant je n'est pas toujours été à la fête : elle était inquiète la Ginette, fichtre qu'elle était inquiète.

Alors voilà, 3 mois d'entrainement, entamés juste après le 25 décembre, pour une seule belle journée ensoleillée.
Je ne vais pas raconter mes trottinages depuis décembre (z'avez eu peur ?) mais je voudrais quand même avouer que je n'ai pas toujours suivi "The Plan" de façon draconnienne :
- une tite blessure a l'aducteur et PAF je m'arrête une semaine mi-janvier
- gros coup'd'mou fin janvier et PAF (re)semaine pantoufles
- puis 15 jours de vacances au soleil mi-février (Cuba, for-mi-da-ble !) avec en tout et pour tout 1 footing de 50min (la-men-ta-ble !). MAIS, j'ai passé des vacances sensass et c'est bien là le plus important.
Donc, régulièrement, je me dit "poï poï poï j'en rate plein, je n'y arriverais pas".

Donc j'avance, je cours, je file et ... arrive le vendredi 13 avril.
j'ai récupéré mon dossard, gagné un tee-shirt jaune poussin taille M fille (un peu juste , je ne suis pas mannequin) et j'ai acheté 2 gels Energix.
Une heure après, je sors (expres) porte Dauphine : je passe surr le 42ème km, je fais un deuxième tour de rond-point, et décide de prendre l'avenue Foch pour passer la ligne d'arrivée. ça me fais un effet "bœuf" : "je l'aurais au moins passé aujourd'hui la ligne d'arrivée" ! (cœur d'artichaud, va !)

Samedi soir, pasta party à l'appart avec mes 3 supporters. On établit un plan d'action où s'enchainent les rues, les stations de métro, les consignes .
Chouette soirée, mais vivement la suivante car j'en ai marre de ne boire que de l'eau ! :-)
Rq : je garde un oeil sur le forum pour voir si Maxbault se manifeste quant au rdv ... et je découvre qu'il veut un sms ou un coup 'dfil : Panique ! je refais tous le post à l'envers, puis le who's who, puis ma messagerie à la recherche d'un indice : RIEN ! mais comment faire : JE N'AI PAS TON N° !!!
Tant pis, j'ai confiance on se retrouvera surement au Cristal ...

Dimanche matin, réveil à 5h50 pour banane, céréales et quelques gorgées d'eau.
Et puis comme je suis debout, que j'ai du temps et bien je me lance dans la vaisselle de la veille : E-FFI-CA-CE ! Je suis plutôt tranquille, c'est étonnant.
Puis douche : c'est bien la première fois que je me savonne avant une sortie longue :-), je met même un peu de gel dans les cheveux, et une touche de parfum : autant ne pas sentir le fenec tout de suite !
J'enfile La tenue, tout a été mis à plat sur la table de salon la veille, il y a le Nok, le cardio, les gels, la carte navigo … je prends les choses dans l'ordre.
Brinouille parle d'une "cérémonie d'intronisation", c'est bien trouvé.

Sur le quai de la gare je croise 2 coureurs qui hésitent entre Tram et train, on échange 3-4 mots et on se quitte à la défense (je crois reconnaître l'un d'entre eux sur les photos aujourd'hui : Jafangie peut-être ???), je dois attendre le RER de 7h53 en espérant y retrouver mon collègue Cricri.
Coup de bol, on se voit dans l'escalator à l'Etoile, on se bisouille, on s'encourage ... c'est quand même entre nous deux que ce défi à commencé !
Puis je le quitte pour rejoindre le Cristal où j'ai grand espoir de retrouver Maxbault : RATER !!!
En revanche, je rencontre Krusti, Enzo (oh lala, plus grand que j'imaginais), Martine, Wimm et son amie. Ils sont sympas, il y a echange de bisous, ensuite je reste un peu godiche sans trop savoir quoi dire, manquerais plus qu'on parle CAP :-)
Je suis préoccupée par l'heure, le départ, le sas, Maxbault, l'heure, le départ, le sas … bref je souhaite bonne course et m'eclipse assez vite.

Et ZUUUT je vais partir seule. Dans le sas je cherche encore une peau d'herisson … mais non, je partirais seule !
Sinon je suis bien, tranquille, maintenant que j'y suis "y'a plus qu'à"
Le départ des handisport est donné, on avance tous de quelques metres, puis le vrai départ ... j'enclenche mon chrono et pile poil on se met tous à courir la ligne franchie : c'est 10min après les 1er !

Aaaaaaaah et bien voilà : je cours et c'est cool, pas de bousculade, je fais super attention où je met les pieds jusqu'à concorde (y'a du ménage à faire !).
1er et deuxième km en 6'15- 6'20, ça me va. au troisième je commence les calculs :
"alors j'étais en 12'35 donc + 6'20= … puis au 4ème : alors j'étais en 18'55 + 6'20= ... au 5ème alors j'étais en 25' et des brouettes ... " . STOP !! c'est trop chiant, court Ginette, jette un œil sur ton cardio … "00", bon pas grave laisse aussi tomber le cardio, reste comme ça tu es bien !
Plus tard il affichera 225 mon record ! complêtement zinzin le matos. Ça s'arrangera plus loin ...

A Bastille, j'ai vécu un miracle : les gens sont partis vers la gauche, vers la droite, et moi avec ma petite bouteille à la main, j'ai suivi la route qui s'ouvrait devant moi (ça fait biblique, non ?!)
Et hop mes copains (parapluie orange) sont là juste après le virage, ils sont heureux de me voir, je suis heureuse de les voir, et je leur jette mon coupe-vent à la goule : "j'suis dans les temps !"

Km 10 : ravitaillement, là j'attrape une bouteille et je guette le parapluie orange ... pas là, ... pas là ... M'ENFIN, 'sont où ? Je m'arrête, je guette la sortie de métro ... Rien ! je repars et 50m plus loin HOP parapluie orange Aaaaaah ! 2-3 photos pour le souvenir, je chope la casquette dans leur sac à dos, une petite claque sur les fesses et je repars à l'attaque des bois de Vincennes : moment sympathique, de calme, de verdure, de pause WC pour plein de monde ... Moi, je veux des wc en dur.

Km15 : plus d'eau au ravitaillement, il y a de la bousculade, c'est à la vie à la mort pour attraper quelques chose sur les tables alors je préfère éviter ça. Deux femmes se bousculent, l'une abois, pas terrible l'ambiance !
A la sortie du bois, je devine un Brubru mais je ne m'arrête pas ('bécile que je suis, je doute et j'ose pas demander : "heu excuse moi, c'est toi, c'est vous Brubru ?" c'est pas grave si je me trompe et c'est super chouette si je ne me trompe pas … bref , ces pensées ont filées, je ne me suis pas arrêtée, je ne reviendrais pas en arrière.
En revanche je stop aux toilettes ... 20 sec. ... 40 sec... pfff 1 min . Et flut, je repars , c'est trop long.
Pendant les bois les mollets se réveillent AYEU ! ça ne s'arrêtera plus .

Semi 2h18 (3' de retard) : y'a foule par ici, c'est serré pour passer, ça m'amuse et ... parapluie orange : pause 10 sec. gel + eau , je m'enquière de leur santé, eux de la mienne : "j'ai môl aux mollets ! " , une petite claque sur les fesses et je repars .
Pensée du moment "à partir de maintenant, c'est du jamais fait !"
Là je suis un monsieur qui souffre ... on passe ensemble le 22ème et je sors la blague du jour : "on a largement dépassé la moitié, c'est chouette hein ?!" … il sourit quand même.

Un peu plus loin, je refais une halte WC : 20sec, 40 sec, 1'30 ... pffff "mais qu'est-ce qu'il fou la dedans non d'un chien ? ", enfin il sort et il s'excuse. Les toilettes sont immondes, je m'y risque quand même, je rentre, je ferme le verrou, une respiration… j'ouvre le verrou et ressort aussi sec, je comprend pourquoi il s'est excusé.
C'est décidé, c'est la dernière fois que je perd du temps avec ces toilettes, je tiendrais jusqu'au bout.

Km25 : ÔH ! le parapluie orange , mais ce n'était pas prévu ça ! que ça fait du bien, ils sont chouette mes amis , ils font aussi leurs marathon.Et moi : "j'ai môle aux mollets !" … une petite claque sur les fesses et je file dans le long tunnel. J'ai pas trop aimé les quais … c'est à l'ombre, soit, mais ce n'est pas très agréable

Km30 : pas de parapluie, ils m'ont râté là, et c'est dur …
Je me souviens que Linda devait être là mais je ne la vois pas non plus, d'autant que c'est difficile d'après les photos du forum, mais elle avait dit qu'elle ferait un max de boucan … tant pis.
Pas de "mur" vraiment, mais un point de côté et comme j'en ai marre d'avoir mal aux mollets, je finis par marcher 30-40sec, pas très longtemps de toute façon ça fait aussi mal de marcher alors autant courir, et l'idée de marcher m'ennuie alors comme j'ai encore le choix, je cours.
Maintenant les km ne sont plus les même qu'avant : ce sont des km qui font le double, minimum. sisi !
Entre les 30 et 35 je marcherais plusieurs fois, jamais longtemps avec quelques étirements des mollets, puis je repars. Je laisse les jambes décider de l'allure, la montre je ne la regarde plus.

KM36 , Porte d'Auteuil YOUHOUOUOUU le parapluie orange !!! Ils sont carrément heureux de me voir (et moi donc !) car ils ont craint mon abandon. (z'ont pas bôcoup la foi en moi ces amis là ! ;-)).
Heureusement que GDF avait prévenu de mon passage au 30km sur le tel d'une autre amie, qu'ils ont appelé, puis rappelé … mais comment faisait-on avant les portables :-)
Juste après, moment de fête : voilà que j'entend qu'on appelle Ginette derrière moi : c'est LINDA en paillette ! ça c'est fort ! on marche quelques instants, et puis on redémarre, elle motive, elle pousse, elle propose de porter la bouteille, elle encourage son monde et d'autres coureurs autour. Une vrai distraction. Et puis elle file un peu plus vite que moi pour emmener Maria, je ne m'accroche pas, je ne sais pas si j'aurais pu ou pas mais j'ai la flegme : "T'inquiète pas, je te suit !"
Plus tard je l'entend crier devant "Giiiiinette !?" et moi "Je suis derrièèèèère , je te suiiiiiit !" c'est super sympathique. On se re-croisera dans les bois de Boulogne "un petit pic-nic au bord de l'eau ? " dit-elle arrivé au petit lac … il ne reste plus que 3-4 km !
Sous les arbres c'est rempli de pompier à l'œuvre, des coureurs sont à terre, le masque à oxygène sur la bouche, et moi,qui n'allait déjà plus très vite, je ralenti encore avec un œil sur le cardio car ça inquiète.

Et puis c'est le lac supérieur que je connaît bien. C'est rassurant, l'arrivée est proche. Il faut que je slalom pas mal, les gens marchent. JE N'ARRIVERAIS PAS EN MARCHANT !
Depuis quelques temps je l'imagine cette arrivée, c'est la pensée agréable qui me fait avancer : je me vois sauter dans les bras de mes amis, embrassade, je ne cours plus que pour ce moment.
Dernier virage au milieu des gens très serré autour de porte Dauphine (un peu comme dans les cols au tour de France), je cherche mon parapluie orange, je cherche , je cherche … m'enfin il est où ? … je cherche encore, je vais arriver dans la ligne droite où ils ne pourraont plus être , mince … et … WOUAHHHH c'est eux, là, à droite, le parapluie est resté fermé mais ils sont bien là, un peu à l'écart pour que je les voient bien , et ils sautent et ils crient "Tu l'as fais ! tu l'as fait !" et moi de mon côté je saute dans tous les sens, les bras les jambes tout s'agite et je crie "je l'ai fait ! je l'ai fait !" …

…. je souhaite un pied pareil à tout le monde ! :-)

Pas de sprint à la fin, j'aurais pu, mais j'ai aussi apprécié ce moment à l'allure où il se présentait …
Je retrouve mes amis plus tard à l'ombre sur les pelouses : et dans le sac à dos il y a des gobelets et une bonne bière du Vexin . La vraie vie quoi !

Couchée à 22h dimanche soir , je me suis réveillée comme une fleurs lundi matin à 7h, presque pas de douleur, (surement grace à l'homéopathie prise avant et après la course, et à l'huile de weleda ), je file chercher la baguette, puis je file acheter des fraisiers à planter sur mon balcon, puis je file montrer "ma fraicheur" à ma copine supporter , puis , puis , puis je profite de mon balcon au soleil, parce que je suis en Rtt !

Ps : 2kg perdus pendant le marathon, déjà 500g de repris … va pas falloir que j'attende 3 semaines avant de remettre mes baskets. :-)

Ayéééé

2007-04-12 21:29:37 : trail des citadelles - 10 photos - 11 réactions

2007-04-11 10:06:07 : Salut de lEcosse....encore - 7 photos - 17 réactions

Une tortue étrangere s’entraîne sur un parcours imaginaire ….

2007-04-10 22:12:38 : les tortues s'essaient aux Citadelles ... - 9 photos - 14 réactions

ou plutôt aux Tisserands, sa version miniature.

Ce trail, en Ariège, a lieu tous les ans, à Pâques. Le but : aller titiller les châteaux cathares. Mon frère habite là-bas, c’est l’occasion rêvée.

Les Citadelles, c’est 68 ou 42 km le dimanche de Pâques. Le mini, c’est la veille au soir : « seulement » 20 km , et 950 de D+. Mon coach et mon podologue m’ont conseillé le mini.

Quelques jours avant, je me fais mal au mollet, à la piscine. J’arrive à Lavelanet pas sûr de partir et finalement, grâce à un kiné du cru, cette contracture est vite réparée.

Ce samedi après-midi, je rencontre Mic31, qui va faire l’ultra, et les Molo’s, qui feront le marathon. Bien sympas, ils m’encouragent au départ.

Ce départ, je le fais rapide… trop rapide. Ce n’est pas mon jour. Je ne comprends pas bien ce qui se passe, mais le cœur mon vite très haut, et je m’essouffle. Je passerai finalement cette course à alterner marche et course, même dans les descentes, ce qui est un comble. A mi-chemin, je boirai un verre d’eau glacée qui m’occasionnera de belle douleurs au ventre. Bref, je ne ferai pas d’exploits aujourd’hui.

Par contre, le parcours est toujours grandiose. Au bout de 30 mn, on a le château de Montségur en ligne de mire, spectacle féérique. Il a bien plu la semaine précédente, les chemins sont gadouilleux. Arrivé au pied du château, la voie est simple : c’est … tout droit ! 30% de pente. La descente se fera par le sentier habituel, équipé par moment de marches en pierre. Zigzaguant au milieu des touristes, je suis enfin à l’aise : c’est clair, les cuisses travaillent.

Je finirai le parcours en 3 heures, bien loin du temps espéré. Le mollet a bien tenu. Yapuka remettre ça l’année prochaine…

Le lendemain, j’encouragerai Mic31 au départ de l’ultra, à 6H30, puis rencontrerai Ulysse et sa sœur, engagés sur le marathon. On mangera avec les Molo’s, dés la fin de leur course.

AlainP

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net