La course à pied Les blogs courseapied.net : tortues

Le blog de tortues

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-03-12 15:52:57 : Une tortue bénévole au semi de Paris

RDV est pris à 8 heures à quelques encablures de la ligne de départ.
Les équipes ‘Départ’ et ‘Ravitaillements’ sont déjà en place.
La centaine de signaleurs attend joyeusement que les ‘quatre cars’ veuillent bien les déposer à diverses intersections du parcours afin de pouvoir jouer au shérif vis-à-vis d’imprudents conducteurs qui oseraient braver les lignes ennemies.

Le paquetage est distribué (coupe-vent & casquette d’une célèbre marque aux 3 bandes + t-shirt blanc du semi).

Les bénévoles sont semés seuls ou par binômes tout au long du parcours et arrive enfin mon tour :
Je gèrerai seul une intersection rue de Lyon, toute proche du ravitaillement de la Bastille.

9h15
Je suis donc en place et laisse royalement passer les quelques véhicules qui s’aventurent sur le parcours.

C’est fou ce que les piétons sont sympas en ce dimanche matin ensoleillé :
« et c’est pour quel match ? », « ils vont passer dans quel sens ? », « Ah oui, c’est le marathon ! »
Sans doute mon coupe-vent « Mairie de Paris / Semi de paris » qui les met en confiance !!

10h
Plus aucune voiture n’est autorisée, pas vous plus que les autres, Monsieur, même si vous transportez du sang à l’hopital Saint-Antoine, voyez ça avec ces messieurs à képi bleu … qui lui indiqueront fermement un itinéraire bis.

10h05
Arrivée à ‘mon’ carrefour de … la propreté de Paris (1 camion + 2 camionnettes) qui empêchent tout passage.
Super ! ça me fait de la compagnie et je vais pouvoir apprécier le spectacle sans me soucier des véhicules qui pourraient arriver !

Une petite demi-heure plus tard arrivent les premiers coureurs et je parviens à reconnaître et encourager personnellement certains blogueurs et autres vincennus.

La foule se fait de plus en plus dense et je comprends alors l’utilité de la casquette et du coupe-vent à capuche car on en voit de toutes les couleurs, bouteilles et oranges qui volent ou explosent à terre.
J’ai même eu droit à un Ipod tombé à mes pieds, que son proprio a récupéré en piteux état.

En bénévole consciencieux, j’écarte autant que possible les bouteilles qui jonchent le sol.

On continue d’encourager le flot de coureurs et en retour certains ont quelques mots de soutien pour les éboueurs qui vont avoir du boulot par la suite !

Je scrute les 19000 visages mais impossible de voir le moindre membre de la tribu Tortue (ils ont dû passer trop vite !)

J’attends la fin de course pour plier mes gaules et rentrer à la maison avec une grosse envie de courir, ce qui sera fait dans l’après-midi avec un petite sortie d’1h30.

C’était sympa de donner un peu pour ce sport que je commence à connaître et à pratiquer, mais l’an prochain, j’espère bien être de l’autre coté de la barrière, parmi les coureurs.

Brubru

Ps : La casquette OK, le T-shirt, ça passe, mais j’en fais quoi du coupe-vent ‘Mairie de Paris’ ?
Je vais me faire huer avec ça sur le dos ! ;-)

Brubru

Les réactions

Par Rodie, le 2007-03-12 15:54:56
Bravo pour ce CR de la course vue de l'autre côté des barrières et félicitations pour ton bénévolat ... la prochaine fois, tu seras dans le peloton avec nous

Par mielou, le 2007-03-12 15:58:10
un autre regard...
c'est bien

Par parisi, le 2007-03-12 18:08:12
C'est vraiment dommage que je ne t'ai pas vu rue de Lyon !!!!

T'aurais laissé tes oranges et on serait reparti finir ensemble ce semi !!!!! lol lol

A bientot !!!

Par hélène, le 2007-03-12 18:35:27
Mais oui, tu y seras l'an prochain, brubru! Et avec sûrement un sourire de remerciementpour les bénévoles!

Par audrey, le 2007-03-12 18:45:55
bravo pour ce bénévolat!
un cr très vivant...comme si on y était! c'est bien d'avoir une vision de l'organisation d'une course.

j'espère qu'on fera le semi ensemble l'année prochaine avec les autres tortues! en tout cas le rendez vous est pris pour moi ;)

Par Chmat, le 2007-03-12 19:34:49
Merci beaucoup Brubru, c'est grâce aux bénévoles comme toi que la course est si agréable pour nous (le semi de Paris est la course la mieux organisée à laquelle j'ai participée).

Par Brinouille, le 2007-03-13 07:13:39
Je remercie tous les bénévoles au travers de toi, même à 12,5 km/h, on a plus le temps ni l'énergie de faire beaucoup de sourires et de vraiment dire merci comme il se doit....merci merci merci pour nous avoir permis de cavaler du mieux qu'on peut !

Par loinderrière, le 2007-03-13 17:11:38
Merci à toi brubru! Comme Brinouille je confirme qu'on a parfois du mal à dire merci en courant mais on en pense pas moins! Je crois qu'un jour je franchirai aussi la barrière, juste pour porter comme toi un beau k-way sponsorisé sous un soleil radieux! mdr
A bientôt.

Par krusti, le 2007-03-14 10:50:58
Merci. Vraiment.

Par Krylin, le 2007-03-14 11:48:06
Je me joins a tous les messages de remerciement que te sont adressés mais aussi à l'ensemble des bénévoles. Je vois que cela a été une expérience enrichissante et du coup, çà me donne aussi envie de donner un peu de temps à ce sport qui m'apporte tant... Il est certain qu'une fois de l'autre coté de la barrière, tu ne manqueras pas de serrer la pince aux bénévoles... -:)

Par brubru, le 2007-03-15 14:59:59
Merci à vous !
c'est certain, à l'avenir, je regarderai différemment tou(te) ces femmes et hommes de l'ombre.
A bientot
Brubru

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)

Les 5 billets précédents

2007-03-12 12:01:05 : Les 4 Fantastiques sur le semi de Paris - 0 photo - 14 réactions

Dimanche 11 mars 2007, la grande famille des Tortues comptait plusieurs représentants sur la ligne de départ du semi de Paris : Cal, MarieLoin, Chmat, Jepipote, Krylin et Rodie ... sans oublier Brubru, côté bénévoles

Chmat, Jepipote, Krylin et moi-même avions décidé de partir ensemble dans le sas bleu avec comme objectif, 1H40 sur la ligne d'arrivée.

Je vous invite à suivre les CR de chacun des "4 fantastiques"

CHMAT

Je suis arrivé relativement tôt ce matin sur place. Un petit coup de téléphone pour savoir si JPP est déjà arrivé et comme c'est le cas, je le rejoint là où on dépose les sacs.
On s'habille, on papote, ce qui permet à Rodie d'arriver puis Krylin.
Le temps est assez frisqué à ce moment là, il caille !!!!
Du coup on décide de partir s'échauffer. Direction le RDV des forumers sauf que grâce à une de mes merveilleuses idées, nous ferons un détour par le métro ;-)
Au moins on est bien échauffé quand on arrive : quelques minutes pour rencontrer quelques uns des membres du forum puis il faut rallier le SAS avant qu'ils ne le ferment.
Là il fait tellement chaud que le sac poubelle de chez JI est déjà de trop. L'ambiance est sereine.
Et hop c'est le départ, en marchant, tout tranquillement.
C'est magnifique, le semi de Paris, personne ne nous a gêné, ce qui nous a permis de faire un premier km un peu plus rapide que prévu.
3ème km, Krylin préfère assurer, les 1h40 c'est trop risqué pour lui : c'est une bonne stratégie à mon avis; autant partir sur 1h45 et s'il reste du jus accélérer au 15ème.
J'imprime un rythme régulier, il faut à tout prix économiser l'énergie. Rodie souffle déjà bien fort, ça va être dur pour lui.
Nous continuons donc à 3, en suivant le plan qui doit nous amener aux 1h40.
Passage aux 5kms en 23'49 (23'56 prévus).
Les kilomètres suivants commencent à être plus délicats. Il faut tenir jusqu'au 10ème : là nous attend une pause méritée de 30s.
Passage aux 10kms en 47'33 (47'36 prévus).
La ptite pause prévue qui sera mille fois trop courte, j'aurais aimé me reposer un peu plus. Mais bon on est pas en ballade. Surtout que ça commence à monter, nous voilà dans l'avenue Dausmenil et c'est au tour de JPP de lâcher. LEs kilomètres suivants sont fatigants, on y laisse un peu d'énergie, impossible d'accélérer.
Les 1h40 sont possibles, mais pas possible d'attaquer avant le 15ème km.
Passage au 15ème en 1h11'31 (1h11'31 prévus).
C'est l'instant de vérité : il faut passer de 4'44/km à 4'40/km si possible. Au moins si c'est pas possible, cela permet de limiter la casse et de ne pas exploser.
Km 16 : 1h16'17 (+6s).
Ca av être chaud, je dis à Rodie que s'il lui reste des forces, il doit s'en aller maintenant car s'il reste avec moi il va manquer quelques secondes.
Je le vois donc s'éloigner inéxorablement et je suis maintenant seul. ET ça monte ça monte donc pas facile.
Km 17 : 1h21'12 (+21s).
C'est cuit pour moins de 1h40, il faut que je m'accroche, moins de 1h41 c'est largement possible.
Km 18 : 1h26'02 (+31s).
A partir de maintenant ça ne va plus trop grimper, ça va le faire je suis confiant.
Km 19 : 1h30'44 (+33s).
La dernière ligne droite et là je vais perdre totalement la lucidité, j'ai l'impression d'avoir un bon rythme et pourtant je perds de la vitesse, sans m'en apercevoir.
Km 20 : 1h35'38 (+47s).
Du coup je ne sens pas le danger et je n'accélère pas. En plus mes jambes sont dures à la course, les fourmis parcourent mes bras, signe de fatigue. Je ne peux pas aller plus vite.
Quand je vois la bannière d'arrivée, je vois qu'il est trop tard et même qu'en sprintant c'est aussi cuit par les 1h41.
Fin en 1h41'05.
Piégé par ce dernier 1,1km comme l'année dernière : il faudra que je m'y fasse, c'est plus long qu'un km.
Déçu de ne pas avoir fait moins de 1h40 ? Non. La stratégie était en fait basé sur 1h41 et le 1h40 n'était possible que s'il y avait du jus supplémentaire au 15ème, et il n'y en avais pas assez.
Déçu de ne pas avoir quand même réussi à faire moins de 1h41 ? Si ce n'est les 6s de trop pour cet objectif redéfini en cours de jour, je ne suis pas non plus déçu : nous étions sur la ligne de départ quand j'ai dit à Krylin que les 1h40 seraient très durs pour moi et que mon niveau était de 1h41 -> 1h41'30. J'ai donc fait un temps correspondant à mon niveau et 6'35 de moins que l'année dernière. De bonnes raisons d'être satisfait de cette ballade dans Paris que je trouve magnifique.

JEPIPOTE

alors pour moi, comme je l'ai dit aux autres semiste avant le départ, ma prépa fut à base de côte d'or, charcuterie et coca!!!
malgrés ce que les autre pense, je sais que je vais souffrir et là..... je ne me trompe pas!!!
départ dans les roues de chmat, je sais pas comment je vais faire quand je ferai une course sans lui-)), bref, au kilo 2 ou 3 je me retourne et krilin me fait signe qu'il y va à sont allure... nous poursuivrons la route à trois.
mais déjà le palpitant est haut nous en sommes qu'au 5eme!!
au ravito du 10, les jambes sont lourde, mais je m'accroche encore.... un peu!!
aux environs du kil 13, j'explose, ce faux plat montant me sera fatale, les 2 autres s'en vont... eh merde, là je m'en veux. j'ai voulu courir ce semi sans une bonne prépa, et voilà, j'en prend plein la tronche. on me double encore et encore, le morale est au plus bas!!!
aux alentour du kil 15, c'est brinouille qui me rejoind, elle a l'air de souffrir aussi, alors la je fais le coq, et je me dis que je vais l'accompagner jusqu'a la fin, je me met un peu devant, genre meneur d'allure... d'allure mon cul!!
au ravitos je chope 2 bouteilles une pour moi l'autre pour elle, et 500 métre plus loin je lui dit que je suis mort...elle s'en va aussi!!!
eh merde, encore seul, les jambes son morte, la tete me tourne par moment, je décide donc de marcher 30 secondes à chaque kilo entre le 16 et le 19. au 20eme je met un point d'honneur à ne plus marcher, les pieds aussi son douloureux (mauvaise coupe des ongles), j'en peux plus je suis exténué, l'arrivé est un vrai soulagement, la tete tourne trés fort, je titube un peu, ben oui j'ai tapé le sprint quand meme pour finir, enfin j'ai du le faire à 13 k/h-))
un enseignement, la course à pied n'est pas un sport à prendre à la légére, j'ai voulu vivre sur des aquis, bien fait pour moi!!
j'ai quelques chiffre à donner:
mon temps à mon chrono: 1h45'57"
aprés ça fait peur et je comprend pourquoi j'ai explosé:
FCmax: 207!!! ce qui deviens ma nouvelles FCMax (102%)
FCMoy: 192!!! soit un semi à 95% de ma FCMax!!!
ceci explique surement beaucoup de chose!!
hervé

KRYLIN

La nuit n’a pas été bonne, voire très mauvaise. J’ai du dormir en tout et pour tout 4 heures. Et encore, si cela avait été d’un seul trait. Mais non, je faisais des sessions d’1h ou 1h15 tout au plus.
J’étais donc debout à 5h30… je comatais devant la télé tout en étant fatigué mais incapable de trouver le sommeil. J’abdiquais vers 6h30 et commençais à me préparer. La seule innovation de mon petit déjeuner fut le GATOSPORT. Un truc synthétique, chimique à souhait qui m’est resté sur l’estomac au moins pendant deux heures. Mais comme cela était indiqué, mon organisme l’a apparemment assimilé très vite car je n’en entendrai plus parler. Au contraire de la boisson d’attente qui m’a filé un mal de bide un peu avant le départ. Juste après être rentré dans le sas, je résolvais le problème en prenant de l’eau claire avec le gel tonifiant.
8h45
Mais avant cela, rendez vous était pris avec Rodie, Chmat et Jepipote. C’est toujours sympa de mettre un visage sur un nom ou un pseudo, après avoir longuement conversé sur le forum. Alors que nous échangions sur notre état de forme respectif et nos ambitions, Chmat m’annonce ses temps de passage. J’écarquille grand les yeux devant le rythme à tenir. J’ai prévu de faire 1h45 soit 5mn/kilo. Sur sa liste, seul le premier kilomètre correspondait à ce temps, les autres se situaient vers les 4’40… Bon, la messe était dite, je n’allais pas prendre part à la troupe des tortues très longtemps.
9h00
Echauffement et recherche des autres membres du forum comme entrée en matière. J’ai pu rencontrer Brinouille, Krusti et Parisi. Tous très sympas. L’humeur est à la plaisanterie et aux dernières petites touches, notamment l’indispensable « vidange » avant le départ.
9h30
Les quatre tortues pénètrent dans le sas bleu… c’est la première fois que j’expérimente ce mode de départ. C’est plutôt bien foutu… dans ce sas et vu l’heure à laquelle nous y sommes rentré, on est à l’aise et pas comprimé les uns sur les autres. La tension monte, je suis un peu fébrile. Chmat le remarque et tente de me rassurer en me préconisant de surtout ralentir si çà part trop vite. Jepipote nous affirme que sa spéciale prépa n’est pas de bon augure pour la course. Nous sommes tous trois septiques : Ne minimiserait-il pas sa forme afin de claquer une perf ??? bref, nous plaisantons toujours et devisant sur le prochain programme de compétitions.
10h00
Top départ, les élites sont parti… reste à savoir dans combien de temps nous allons pouvoir passer la ligne. Devant nous : les sas élite, rouge et jaune… çà marche vite, puis çà footing (oh, on va pas commencer à courir alors que la ligne de départ n’a pas encore été franchie…) et puis non, çà remarche…
10h03
Et c’est parti pour le sas bleu, bah dis donc, on n’a pas trop traîné finalement. Tout de suite, Chmat, le métronome, prend les choses en main. Rodie lui emboîte le pas, Jepipote suit et je ferme la marche. Nous slalomant tant bien que mal et arrivons tout de même à trouver très rapidement notre rythme de croisière, vive le sas bleu ! Et quel rythme : 4’39 au premier kilo…. Euh.. j’avais prévu 4’50 ou 4’55 moi… Bon pas grâve, un coup d’œil au cardio : 81% tout va bien, donc on suit.
10h15
Et là, c’est le drame. Nous sommes passé au 2° kilo en 4’53. Jusqu’içi rien de grâve, sauf qu’il y a maintenant un peu plus d’espace et que notre métronome à trouver la cadence… je veux rester dans une certaine aisance cardiaque et tout de suite en abordant ce troisième kilo, je perds 2, puis 3, puis 5 mètres sur les trois tortues. Là j’me dis : oh, accélère un peu, tu peux encore les suivre. Jepipote se retourne de temps en temps pour voir où je suis. A son troisième coup de tête, je lui indique que je ne peux pas les suivre, bonne course à vous les gars…
Et là, la matinée va être longue que j’me dis : t’es parti trop vite… j’suis déjà à 86% de FCm et on a pas fait 3 kilomètres… l’en reste 18 et des poussières… et les poussières sur un semi, elles comptent. Bon allez, tant pis, je me cale sur mon rythme et me cale aussi sur la ligne idéale, la ligne bleue.
Passage au 5°kilo : 24’22 (temps de passage attendu : 24’55 – 33 secondes d’avance)
Bon, là je vais bien, le cœur est à 83% et tout roule, çà va mieux, pour me consoler de ne pas être avec mes compatriotes tortues, je me dis que je me suis raisonné à temps… on pousse jusqu’au 10eme et on voit…
Passage au 10° Kilo : 48’20 (temps de passage attendu : 49’50 – 1’30 d’avance)
Oula çà va vite, les jambes sont un peu lourdes, le cœur à 86% mais çà va… si je tiens, j’suis sur un rythme d’1h42… eh eh eh…. Pas si mal. Mais je ne me sens pas d’accélérer non plus, donc on reste en stand by…
Passage au 15° Kilo : 1’13’38 (temps de passage attendu : 1’14’48 – 1’07 d’avance)
Grosse alerte au 12° kilomètre, un point de coté veut faire son apparition. Je lui ai claqué la porte au nez à grands coups de respiration. Prise maximale d’oxygène et étirements de la cage thoracique… Bon çà va, plus de peur que de mal… Et puis vlà que j’entends des encouragements : « Est-ce que vous êtes fatigué » certains répondent : « Non, on est pas fatigué ! » euh si un peu quand même ? Ce sont les meneurs d’allures à 1h40 : les ballons bleus, qui fondent sur moi. Je jette un coup d’œil, l’allure est vive et ils sont bien entourés… On est juste après le 13° kilo… inutile de tenter de les accrocher, c’est peine perdue et puis ce serait mettre en péril ma fin de course. Cette tranche de 5 kilomètres est décidément riche en événements… vlà-tipa qu’une crampe pointe du nez sur ma jambe droite… je m’entends encore dire : « non s’il te plait, pas maintenant, allez on tient… avec moi ». Vivement les ravitos du 15° que je puisse boire un peu.
C’est justement à ce ravito que je pense à Brubru… j’aurais bien aimé le voir, mais avec tout ce monde, difficile d’appréhender une casquette de Baseball, même avec un gros « B » imprimé dessus….
La course aux 20° Kilo : 1’38’19 (temps de passage attendu : 1’39’40 – 1’21 d’avance)
Là, çà marche à la motivation… je me fixe comme objectif le prochain kilo, à chaque fois et le nombre de personnes que je double me boost encore plus. Bon en fait, j’ai juste la force de lutter pour ne pas ralentir car j’ai encore conscience de ne pas vraiment accélérer. Voilà le 19° Kilo avec les photographes… je prends la pause, fait quelques signes et accélère de plus bel… plus que 10mn au grand maximum à tenir… et puis c’est quoi dix minutes ???
En passant au 20°, je me dis que mon contrat et d’ors et déjà rempli… mis à part les tentatives de crampes que je parviens tant bien que mal à gérer, il ne peut plus rien m’arriver. Alors, je donne tout, on accélérant progressivement… si si, je vous assure. Il est long ce dernier kilomètre, d’autant plus qu’il y a 100M de plus… En point de mire, le château…Je cherche désespérément le panneau des 400 derniers mètres, ou celui des 200M, peu importe… il n’y en a pas, j’aperçois enfin la ligne après un léger virage à gauche, dis donc, je pouvais chercher la banderole….
Arrivée : 21,1 KM
Je coupe la ligne en plein sprint, en levant la main. Oui, le speaker demandait à ceux qui finissaient là leur premier semi de bien vouloir faire signe à l’assistance ?
Temps final : 1H43’08
Reste à confirmer tout cela par le chronométrage officiel de la puce. Je suis exténué et parviens à me prendre une bouteille d’eau. Coup d’œil à ma droite et qui je vois : « Jepipote » qui est finalement arrivé après moi. Il a semble-il explosé peu après le 10° et a fini comme il pouvait en 1h46. Pas mal sans réelle préparation.
On se dit que nos deux autres tortues ont du avoir le temps de prendre un douche et de revenir nous voir. Rodie nous le confirme, il a réalisé un super temps : 1h39. Au bout de quelques minutes nous retrouvons également Chmat qui a réussi à converger vers les 1h40 plus 1mn
Nous refaisons notre course et nous félicitons. Quelques uns de mes proches étant venu me voir courir, je me vois contraint de prendre congé de mes tortues, non sans les saluer une dernière fois.
Au final, superbe course. Pleins de souvenirs et pleins d’espoirs pour la suite. Je visais 1h45 à faire cette année, quelque soit la période, mais je situais cela plus au semi de Boulogne. C’est d’ors et déjà fait…. La fête fut belle
Résultat :
- Rodie : 1h39
- Chmat : 1h41
- Krylin : 1h43
- Jepipote : 1h46
NB : le coin massage est pas mal du tout et çà tourne assez vite… j’ai eu droit à un traitement spécial car il fallait qu’ils gèrent mes crampes… trois crampes simultanées…

RODIE

Hier soir, après un bon DVD, j'ai pris un lexomil qui m'a permis de faire une bonne nuit. C'est donc reposé que je me prépare à courir mon second semi de paris.
Arrivé au Parc Floral, je commence à me préparer avant d'être récupéré par Chmat et JPP. Puis on retrouve Krylin, reconnaissable à sa casquette jaune fluo et en avant.
Arrivé dans le sas, je commence à avoir chaud, ouh que j'ai bien fait de prendre la tenue estivale manche courte et cuissard, même le pancho JI est de trop.
Le départ est donné et par le jeu des poussées et avancées nous partons au train du sas jaune, ce qui nous permets une bonne allure dès le départ.
J'étais pas si mal que ça dans les premiers kilomètres, malgré ce que disent les collègues ... peut-être un peu inquiet pour mes bobos, je n'étais pas totalement libéré, il fallait attendre un peu ce que disait mon genou et mes périostes.
Grâce à Chmat le métronome, les 15 premiers kilos se passent comme dans un rêve, réguliers, sans douleurs et sans inquiétudes. J'ai vraiment commencé à y croire après l'hôtel de ville, le 10ème était pas loin ... et si aujourd'hui était le bon jour de la perf. Et puis, comme le faisait remarquer Chmat au niveau du kilo 14, quel que soit mon temps, ce sera mon record sur la distance.
Et puis, sur les conseils de Chmat, je démarre ... en espérant qu'il puisse me suivre, je lui devais bien ça.
Je me mets au train du 16ème au 18ème, puis de plus en plus vite, l'année dernière j'avais explosé dans les 5 derniers kilomètres, et là j'ai du jus ... 1h25 au kilo 18, 1h30 au kilo 19, c'est jouable mais faut forcer, alors je force, je fais le dernier kilo le nez rivé au chrono ... ça va passer ... et ça passe ...
1H 39' 11", c'est 49" de mieux que mon objectif le plus idéal. Qu'est ce que je suis heureux !!!
Merci à Chmat, JPP et Krylin avec qui j'ai passé une super matinée de course à pied

Voilà, merci de nous avoir lu, et à bientôt pour de nouvelles aventures des
4 FANTASTIQUES

Rodie

2007-02-28 16:32:48 : Une tortue à Montréal - 14 photos - 15 réactions

10 jours en vacances à Montréal sans courir dehors, c’en était trop.

Le tapis de course de l’hôtel, c’est sympa, mais ça sent un peu le renfermé.

Alors, juste pour les yeux, des photos de ma sortie de Dimanche dernier. 2H10 à gambader entre le canal LACHINE et l’île Sainte Hélène.

Froid sec, -12°, il suffit de quelques couches pour être bien, ou plutôt … très bien.

AlainP

2007-02-23 16:31:29 : Un an de flotte! - 0 photo - 16 réactions


Fin février 2006, la piscine (située pas loin de mon nouveau boulot) rouvrait ses portes après plusieurs mois de travaux. Comme j'avais (re-?)commencé à faire un peu de sport avec la cap quelques mois auparavant, je me suis motivée pour aller nager de temps en temps le midi. C'est ainsi que le 21 février, je faisais mes premières centaines de mètres (en brasse) depuis quelques bonnes années...

J'y ai vite repris goût ; jusqu'à disons 15-16 ans, je nageais régulièrement, sans être très douée, mais avec une technique relativement correcte. Je préférais de loin la brasse, où j'arrivais à bien placer mon souffe, alors qu'en crawl c'était assez catastrophique et je m'épuisais très vite. En plus, j'avais (déjà!) horreur des longueurs en battements de jambes, où je me faisais dépasser par tout le monde.

Et depuis un an, j'y suis allée presque toujours 2, voire 3 fois par semaine si c'était possible. En général, une (ou deux) "petites" séances pas trop fatiguantes -je travaille après- et une grosse séance le vendredi, après laquelle je suis naze. La piscine fermant à nouveau pour deux semaines pour travaux, c'est le bon moment pour un petit bilan, non?

Au début, donc, quelques centaines de mètres en brasse. Au fur et à mesure je rajoute un peu de crawl - j'ai très envie de "dompter" enfin cette nage!, mais ça ne marche pas très fort jusqu'à ce que j'ai la révélation (bon, ça m'a été soufflé par quelqu'un...) : pour faire des longueurs en crawl, il faut à peine battre des jambes, et tout faire sur les bras, pas trop vite, en plaçant bien la respiration.

Au fur et à mesure les bras se musclent, je tiens de plus en plus longtemps. Premier kilomètre ininterompu en crawl (mon premier objectif) : le 9 juin. Une semaine plus tard, je le chronomètre, et ça donne 27'. D'acord, c'est pas terrible! A partir de ce moment (même avant, je pense), mon objectif (à long terme) est d'atteindre 20' au kilomètre. Je vais faire presque systématiquement tous les vendredi un kilomètre crawl chronométré. Entre autres, bien sûr, mes séances du vendredi oscillant désormais entre 2 et 3km, selon la motivation et l'état de fatigue.

26' le 25 août, après une période d'arrêt pendant les vacances.
25' le 1er septembre (un premier cap!). Maintenant les secondes commencent à être plus dures à grapiller :
24' le 6 octobre (mais 24'40" le 17 novembre, c'était pas acquis! Et 25'10" à la reprise post-vacances de Noël : je perds vite...)
Je passe la barre des 24' le 4 février dernier en 23'45", et aujourd'hui ca a été 23'38"...

Cette "chasse aux secondes" n'est bien sûr pas le plus important, même si un objectif de temps permet de se "tirer vers l'avant" et de se motiver. Au fur et à mesure de cette chasse, en effet, en améliorant ma technique et la musculature nécessaire (pas autrement qu'en nageant), j'ai pris de plus en plus de plaisir à cette nage qui me rebutait enfant. Une fois le souffle placé, on a l'impression de pouvoir glisser des heures sur l'eau...

Je me fatigue toujours plus qu'en brasse (j'utilise le plus souvent la brasse comme nage de repos). Mais aujourd'hui, j'ai l'impression que je m'emmerderais à faire un 1000m brasse!

Et j'avoue aussi prendre parfois un malin plaisir à dépasser certains mecs m'as-tu-vu-comme-je-vais-vite-en-crawl (et que je t'éclabousse tout le bassin) en ayant une "foulée" relativement tranquille. Mais je me sens toute petite à côté de la ligne des vrais bons nageurs, que j'admire du coin de l'oeil...

Bien sûr, il faudrait que je reprenne des cours, pour corriger mes défauts. Bien sûr, il faudrait que je refasse des longueurs en battements (mais beurk, beurk, beurk!). Bien sûr, il faudrait que j'apprenne à faire ce foutu virage crawl, pour apprécier encore plus la glisse (mais franchement, j'aurais l'impression de faire ma frimeuse... faudrait que j'aille dans la ligne des bons nageurs, mais ils sont beaucoup trop forts pour moi!)

Mais bon, finalement, c'est déjà pas si mal, en un an...

Grey turtle (hélène)

2007-02-05 17:10:54 : Vincennes, une bien belle journée pour les tortues (Partie 3) - 0 photo - 27 réactions

Et voici la dernière partie (désolé de monopoliser les blogs) avec le CR de notre chtite Audrey qui est venue de son plat pays pour courir à Vincennes

A mon tour de faire le cr de cette journée magnifique !

D’abord un petit message sur la rencontre « tortues » de samedi. J’ai apprécié de pouvoir mettre un visage sur les pseudos !
Nous somme donc partis chercher nos dossards à 14h30 à la mairie de Vincennes.
Grande première pour moi ! chacun se présente selon le numéro attribué. On nous donne une enveloppe avec dossards, puce (on vérifie qu’elle fonctionne, n’est ce pas Parisi ?) et de la pub pour quelques courses. Ensuite , petit arrêt au stand où l’on repère 2 ekidens… avis aux tortues ;)

Ensuite direction le café afin de faire un peu connaissance. On discute de cette fameuse course et on se rassure. On discute un peu technique et écoutons les conseils de rodie pour etre en forme le lendemain !

Jour J

Levée 6h45 ! ayé nous y sommes !
Petit déjeuner correct puis je décolle. J’arrive à 8h45 et voit Brubru, concentré. Je discute un peu avec lui. Puis arrive Parisi
Dans quelques minutes le départ du 5km. Et hop coup de pétard et c’est parti. Un bon temps pour brubru et parisi en fin de course. Petit bonjour à Rodie ! la chance j’ai pu tous les voir avant le départ malgrès la foule !

Ensuite, viens mon tour… la pression monte doucement. Je me place en fin de peloton pour ne pas etre écrasée et ne pas etre aspirée par la foule ! démarrage tout doux pour ne pas se griller…

1ere boucle de 5km tout va bien : 30’. Je zappe le ravitaillement, ca se bouscule, paraît meme que ca s’insulte et puis je n’en ressens pas le besoin ! Brubru est présent et m’encourage !

2eme boucle la fatigue commence à se faire sentir ms je garde le rythme !
7eme km aie aie, le tendon d’achille souffre…je m’y attendais un peu… ms je me mets en tete que j’ai fais le plus gros de la course alors je me remotive et continue ! Pensées pour les tortues à ce moment précis de la course…
9e km dur dur… pourtant 1km c’est court . Je continue et à quelques mètres de l’arrivée, brubru est présent, m’encourage et me suit un peu ! merci brubru pour ces encouragements.
L’émotion monte, la respiration est difficile. Je commence à réaliser que j’ai fais mon premier 10 bornes. Je passe cette fameuse ligne d’arrivée et les larmes coulent. La joie d’avoir réalisé mon objectif et la peine de ne pas voir mes proches présents.

Je finis donc ce 10km en 1h04’16’’ temps réel. Un bon temps puisque je voulais finir en moins d’1h15 !

Conclusion : une belle journée, un parcours agréable, des tortues très sympathiques. Et je dirai meme que j’ai envie de recommencer !

audrey

2007-02-05 16:00:32 : Vincennes, une bien belle journée pour les tortues (Partie 2) - 0 photo - 9 réactions

On continue dans les CR d'ambiance, avec Chmat (toujours précis et circonstancié) et votre serviteur ... Audrey nous offrira le sien un peu plus tard je pense

Voici le CR de Chmat

« Comment je me suis retrouvé à m'inscrire à ces foulées de Vincennes ?
En mai, à Douai, j'explosais mon record du 10km en 45'35, je m'étais donc fixé comme objectif de passer sous les 45' à Issy les Moulineaux en décembre. Bien sûr, le parcours est dur mais je gagnais à l'époque 4mn par an, de quoi y croire.
Sauf que le moment venu, malgré une course bien gérée, je n'ai pu faire mieux que 45'48, comme le laisser présager les derniers entrainements.
Parti remise au prochain du coup, oui sauf que vu que je vais deux semaines en Martinique fin avril, courir à Douai en mai ça le fait pas trop.
L'occasion faisant le larron, j'ai trouvé un prospectus dans mon sachet d'Issy et je me suis inscrit dans la foulée (c'est le cas de le dire).

Quand je prépare une course sérieusement, je m'y prend 8 semaines à l'avance. Là impossible, c'est à peine 7 semaines après la corrida d'Issy donc le temps de récupérer, de passer Noël, de reprendre progressivement... En plus, c'est 5 semaines avant mon objectif de l'année, le semi de Paris.
Pas grave, j'ira sans pression, en m'entrainant pour le semi, avec la forme du moment...

Cela a eu un énorme avantage, je n'ai pas stressé. C'est à peine si, la veille, je me suis rappellé que je devais aller chercher le dossard !
Physiquement, je me sens bien (sans doute le froid qui est revenu et qui me facilite la vie). Par contre, je n'ai pas coupé les restos et les bars donc pour le poids de forme, on repassera (faudra que je fasse gaffe dans un mois sinon je vais morfler).

La nuit a été super bonne, pas une fois, je n'ai pensé à la course. J'ignore si c'est l'expérience qui rentre ou si c'est parce que je ne me suis pas mis une grosse pression sur cette course mais c'est bien agréable.
Du coup, le réveil est très agrable après cette bonne nuit. La course est dans 4h et comme à l'habitude, j'attaque le petit déjeuner. Il sera assez léger : quelques tartines, un jus de pomme et une banane. Par contre, entre la fin du petit déjeuner et le départ de chez moi, j'ai cogité et la pression a commencé à monter.
Le bilan était le suivant :
-> Une préparation pas optimale (beaucoup de seuil en ce moment et pas d'allure 10km; une semaine chargée sans repos la semaine précédent la course; une prépa sur 3 semaines au lieu des 8 habituelles
-> Par contre, je suis en bonne forme, avec des entrainements qui se passent super bien. Dans un mois je serai à un pic de forme, c'est certain.
-> J'ai pris un peu de poids et ce que j'ai fait la dernière semaine n'a rien arrangé : bistrot/resto mardi, galette/bière comme repas de jeudi, foiegras/choucroute au resto vendredi et re-resto samedi.

C'est ce dernier point qui, je le sais m'est préjudiciable : 2kg de moins ont une influence non négligeable (3mn sur un semi et 1'20 sur 10km à mon niveau).

Du coup les objectifs sont les suivants :
1) Battre mon record de 45'35
2) Faire 44'59 : c'est mon objectif réel, celui que j'ai annoncé à tout le monde mais je sais, pour avoir fait les calculs que si je ne parviens pas à faire 44'30, mes chances de faire 1h40 dans 5 semaines seront bien faibles).

Il est 9h, la course est à 10h45, nous partons donc sur Vincennes avec mes parents, qui étaient de passage sur Paris.
Arrivé la bas, je repère le départ : la course de 800m va partir. Il y aura deux départs simultanés pour le 10km, je suis du même côté que la course de 800m. Il y a un tapis donc c'est cool, inutile d'arriver 20mn avant, mon temps sera pris sur la ligne.
A ce moment là de la journée, il fait 3°C, le soleil ne tape pas vraiment et surtout pas partout. Je sais que ça devrait aller en course donc Tshirt/Cuissard. On va déjà rattrapper une partie des 2kg ;-) Sur le coup j'ai un peu froid : il faut que j'évite de rester froid. J4abandonne donc mes parents pour un petit échauffement pépère. Au passage je repère la ligne d'arrivée : il y a deux tapis (cette observation va sans doute me rapporter beaucoup). Je finis mon échauffement par des petites accélérations du côté du château. Puis je me dirige vers la ligne d'arrivée. J'avais pas fait gaffe à la montre, le départ est dans 5 bonnes minutes. Tout le monde est déjà quasiment sur la ligne, je me retrouve donc plutôt dans le fond. Ca peux me coûter cher, la route n'étant pas étroite au départ ...
En tous cas, je suis serein au milieu de la foule. Mon coeur bat à 89/90, c'est tranquille. De là où je suis quand le speaker va faire reculer les premiers, ça ne me fera pas reculer.
Et c'est parti, le coup de sifflet vient de retentir : certains autour de moi veulent déjà en découdre. Mollo y a le temps, je marche donc tranquillement vers la ligne de départ, j'appuie sur le cardio au niveau de la ligne et je commence à courir.
Grâce à l'expérience, je ne suis pas englué au mileu mais me retrouve à droite. Coup de bol, les spectateurs me laissent juste ce qu'il faut de trottoir pour partir à mon rythme dès les premiers mètres.
Virage à gauche et là c'est génial, un chemin de terre longe la rue bitumée. Je me retrouve donc à galoper à un rythme parfait sans être du tout gêné : je ne me souviens pas que ça me soit déjà arrivé !
Km 1 : 4'23. Un peu vite, pourtant je n'ai pas l'impression d'avoir été rapide, je suis à 85%FCM à ce moment.
Km 2 : 4'40. De 7s d'avance je passe à 3s de retard. Toujours dans les temps donc je ne m'affole pas. FCMoy = 92%. J'essaye de pas dépasser ce niveau car sinon je vais m'approcher de la zone des 95% où je me sens jamais bien. Oui sauf que je peux pas me permettre de faire 4'40/km !!!
Le kilomètre 3 va me rassurer : 4'14. Je peux vous dire que bien évidemment j'ai gardé la même allure, le km 2 était donc très mal placé. (Le n°1, j'ai un petit doute également).
Km 4 : 4'33 (17'51 en cumulé). Là je me dis, je vais voir où j'en suis au 5ème. Si j'arrive près de 22'15 (comme à Issy), ça pourrait se jouer une stratégie pour 44'30.
He bien pas de bol, je n'ai pas vu le kilomètre 5 et je suis pas le seul d'ailleurs.
9'10 pour les kms 5 et 6. 27'02 : 2s de retard, bref je suis toujours dans les temps.
Par contre ça commence à être dur, et ce d'autant plus que ça monte légèrement.
Km 7 : 4'38, c'est confirmé. Bon ben ça va être l'heure de vérité. Il me reste 3kms et 11s à reprendre. C'est trop risqué d'attendre le dernier km pour essayer de les reprendre en une fois. Va falloir essayer quelquechose. Dans tous les cas, ça ne pourra se jouer qu'à un cheveu, j'ai pas énormément d emarge et si j'accélère trop brutalement je vais avoir envie de vomir et là 30s de perdues et je reviens plus.
Km 8 : 4'22, plus que 3s de retard. J'ai eu du bol, cette fois ça descendait légèrement. J'avais l'impression de voler. Je dépassais ceux qui étaient partis trop vite et n'avaient maintenant plus la force de continuer à leur rythme normal.
Km 9 : 4'29. Plus que 2s de retard. J'essaye de maintenir une allure vive. J'ai une chance dans al tête qui me donne le rythme. Mais cette fois, je suis aux limites, je commence à avoir envie de vomir. A un moment je crois que je vais vomir, mais ça passe. Cependant du coup chaque fois ça me fait rallentir.
Je vois maintenant la ligne d'arrivée, il reste un virage et 50s. Le virage est passé, dernière ligne droite. Plus que 20s. Il faut que j'y aille, je commence une accélération franche.A mon cardio, je vois que je peux le faire d'un pouillème de seconde. JE passe la ligne, je passe le premier tapis qui bipe mais je ne m'arrête pas j'essaye d'atteindre le deuxième tapis juste derrière. Ca me fera un dernier slalom car tout le monde s'arrête au premier tapis. Ouf c'est passé : 44'57 quand je regarde ma montre. 44'58 en vérifiant ce qui avait été enregistré.
L'objectif est atteint !!! Par contre, je veux absolument avoir le résultat officiel avant de crier ma joie. Ce sera confirmé dans la soirée : 44'58 !
Pour 44'59 visé, c'est plutôt visé juste :-)
J'ai pu faire une course sans à coup, à allure régulière, la tête a autant servi que les jambes pour y arriver, je suis content.

Place maintenant au semi de Paris, une de mes courses préférées. »

Voici le CR de Rodie

« Ce dimanche, je suis parti avec un objectif relativement atteignable, passer sous la barre des 45’, après mon chrono de 45’30 à Issy, tout était possible. Même si secrètement je voulais faire mieux, je me sentais un peu usé après une séance de piste très dure le jeudi précédent. GM avait eu l’air de dire que je pouvais faire mieux et qu’il me fallait partir sur le rythme de 43’ et tenir l’allure. OK coach, on va voir se qu’on peut faire
Après l’expérience de la bousculade à Issy, j’avais décidé de partir le plus devant possible et de faire ma course dans le premier kilo, quitte à revoir la foulée après. Le chrono de 4’15 au premier m’a permis de voir que j’étais dans le bon wagon. Reste plus qu’à tenir.
Le parcours est agréable, roulant avec de bonnes zones de relance, et jusqu’au 5ème kilo, il ne se passe rien de bien passionnant. Je passe le 5ème en 21’21.
Juste après, je sens que ça coince, les jambes sont moins bonnes et j’ai l’impression de me traîner … mais c’est dans ma tête parce que le chrono reste cohérent. Grande ligne droite avec faux-plat montant qui fait mal, puis une autre pour revenir mais en descendant cette fois, et je sens que les forces reviennent. Je relance un peu dans le 7ème, puis encore dans le 8ème. Au moment où je passe sous l’arche du dernier kilomètre, je sais que c’est dans la boîte. Je prends l’allure d’un 1 000 m sur piste et j’attaque, plus de questions à se poser. Le panneau d’entrée dans Vincennes m’a totalement libéré et avant le dernier virage j’entends Brubru qui m’encourage. Allez, un dernier effort … et … 43’07 au chrono officiel qui deviendra 42’46 en chrono réel
Objectif rempli et largement dépassé »

Rodie

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net